Sur Facebook

Au cinema casino

A voir cette semaine
 >  Voir les infos sur le film, et la programmation du mois

L'agenda tretsois

Exposition Mosaiques
7 au 28 avril 2017
Fête de la Saint Jean
Les 23 et 24 Juin 2017
Soirée festive par l'UST
29 Avril 2017
Grande fête nature chasse peche loisirs
Samedi 29 et dimanche 30 avril 2017
Journée shopping salon VDI
samedi 30 AVRIL 2017
Théatre LA SERIE PAGNOL
Samedi 6 mai 2017
3e SOUTH VINTAGE FESTIVAL
12/13/14 Mai 2017
Bourse aux enfants
Dimanche 14 Mai 2017
Fête de la Musique
Mercredi 21 juin 2017
Grand Gala du PHENIX Muyathai 2017
Samedi 1er juillet 2017
Puces Brocantes Vide grenier
Dimanche 9 Juillet 2017
Fête de la SAINT ELOI
Du 11 au 15 Juillet 2017
›› Suite de l'agenda tretsois

Rechercher sur le site











  • Le Journal tretsois
  • Interview


Toutes les petites informations, de la vie du Sport à Trets avec les résultats, les affiches, les évènements, pour être encore plus informé sur ce qu'il se passe à Trets et de manière plus rapide... Si vous avez des infos, des résultats, photos à communiquer, si vous êtes au courant de quelque chose qui se déroule ou va se dérouler à Trets, envoyez dès maintenant un mail ou poster un message sur le forum, l'info sera rapidement mise en ligne ici... Merci à vous ! RSS TRETS AU COEUR DE LA PROVENCE 

Vie tretsoise Agenda Municipalité Association Education Festivités Culture Médiathèque Patrimoine Travaux Economie Urbanisme Séniors Faits divers Revue de Presse Magazine Municipal Souvenirs Cinéma Télévision Interview Nature Viticulture Météo Neige Reportage Compte-Rendu Photos Vidéos Aux alentours Montagne Ste Victoire Election Polémiques Portrait Pré-MUNICIPALES 2014 Politique Le site spécial : MUNICIPALES 2014 Dossier DEPARTEMENTALES 2015





Après près de 30ans d'existence, l'Union des commerçants et artisans tretsois disparaissait le jeudi 26 juin 2014. Crée par François Coquillat dans les années 80, puis gérée pendant de nombreuses années par Martine Lacroix, elle avait ensuite été reprise par José Gaset durant ses dernières années. 3 présidents qui avaient avec leurs équipes respectives beaucoup œuvré bénévolement pour aider les commerçants et animer la ville grace aux très nombreuses manifestations que l'association aura organisé durant toutes ces années : la puces brocante, des lotos, concours divers, les médiévales, les nuits de Trets, manifestations de toutes sortes à Noël etc.. Mais au fil des ans, les dirigeants ont du faire face à un manque cruel de bénévoles et une faible mobilisation ou soutien des commerçants.

Depuis cette disparition en 2014 la situation commercante n'est pas au mieux : les fermetures s'enchainent , le centre se vide de plus en plus et des tensions se sont créées entre mairie et commerçants avec un point culminant en septembre dernier avec la pose de banderoles sur le cours pour faire part aux habitants de leur colère sur le manque d'animations, lors du salon de la gastronomie suivi d'un article dans La Provence et une réponse assez ferme en conseil municipal du maire.


Alors que Trets compte aujourd'hui 156 commerces (artisans, professions libérales etc) et face à ce constat, la municipalité a contacté à l'automne dernier la Chambre de Commerce et d’Industrie avec qui elle était déjà en relation par convention au sujet du chateau de Trets, l'urbanisme commercial pour la nouvelle zone et la Burlière, afin d'essayer de remonter une association des commerçants. La mission est désormais réussie, la rumeur qui courrait dans Trets depuis janvier s'est confirmée. Plusieurs commerçants ont ainsi été contactés au fil des mois par la représentante de la CCI Madame Stéphane PERNET et un bureau a réussi à se constituer. Elle a ainsi notamment rencontré Mélanie Despatures nouvelle tretsoise, qui gère le magasin Mon opticienne, installé boulevard de la République depuis septembre 2016 et qui a fait preuve au fil des discusisons avec la représentante de la CCI de beaucoup de volontés et d'envies.


"J'ai rencontré depuis que je suis installé à Trets beaucoup de monde, de commerçants et je me suis rendu compte des difficultés qu'ils avaient, le manque de communication, puis il y a eu cette main tendue de la mairie, la rencontre avec Mme Pernet puis au fil des discussions l'envie est venue de remonter l'association. Beaucoup de commerçants avaient la motivation de remonter cette association, car on ne peut pas toujours tout attendre de la mairie, ceux sont nos commerces explique t'elle. A titre personnel on se doit de s'investir. Il y a beaucoup de motivation chez nous, car il y a beaucoup de coeur à vivre ici et la plupart des commerçants que l'on a rencontré étaient partants." poursuit Mélanie Despatures qui a été élue nouvelle présidente de l'association. Une présidente qui a craqué pour notre village et est vraiment pleine de motivation, de bonne volonté, d'envie et remplie d'écoute.

25 ont participé à l'assemblée générale de l'association qui a officialisé la naissance de l'association, le mardi 14 mars 2017 à 19h30 au foyer de l'olympe. D'autres n'avaient pu venir ce soir là, et tous les autres vont être démarchés au fur et à mesure. Le bureau a été constitué de façon à avoir des représentants dans chaque secteur d'activité de la commune : avec la présidente qui est sur le cours, une autre à la gare, un à la Burlière, de manière à ce que tous les commerçants travaillent ensemble. Le siège social est installé comme pour beaucoup d'associations en mairie. La cotisation est de 50€. Le bureau a été élu pour un mandat d'un an. Le nom officiel choisi pour l'association par 15 voix est : "Les vitrines de Trets", l'autre nom envisagé était "Les professionnels de Trets".

La CCI est là pour accompagner l'association sur la première année, les conseiller, guider comme par exemple pour monter une manifestation leur dire ce qui fonctionne bien ou moins bien tout en étant juste comme conseiller, toutes les décisions finales revenant aux membres de l'association.


Mais la nouvelle équipe des " Vitrines de Trets " sera t'elle soutenue, et suivie par les commerçants, ce qui avait fait défault par le passé et entrainé on s'en souvient la disparition de "L'union des commerçants" en juin 2014 ? " Je l'espère fortement." répond la présidente. " Je pars d'une démarche de qui ne tente rien n'a rien, à partir du moment où certaines personnes avaient baissé les bras, il n'y avait du coup plus d'échanges, plus rien, chacun restait dans son coin, notre but est désormais de se rassembler et en faire ressortir quelque chose de bien. Après il faut créer cette cohésion, si chacun reste dans son coin, ça ne marche pas, il faut donc aller vers les autres, informer, que les commerçants soient informés des choses qui vont se faire, il faut que les commerçants puissent se préparer aux grandes fêtes par exemple et puissent aussi y participer.

Après ceux qui ne sont pas partants pour le moment, s'ils voient qu'il y a un nouvel essort, que ça fonctionne, que ça redonne de l'ampleur au village, ils s'y rajouteront forcement car ça sera dans leur interet de le faire, pour l'instant on avance pas à pas comme si tout recommencait. On repart vraiment sur des bases nouvelles aujourd'hui, et également avec la mairie . Pour avoir discuté avec le maire, lui a la volonté que quelque chose rennaisse, que quelque chose de qualitatif se fasse. Il a l'air vraiment de vouloir s'investir, a des idées, ça a l'air je pense d'être un nouvel essort et là il faut vraiment le saisir. Si la démarche vient de la mairie il faut la prendre, on ne peut du coup qu'avancer dans le bon sens et les commerçants ont l'air de l'entendre. Après à nous d'apporter des idées, on ne peut pas aussi lui demander de tout accepter et si c'est refusé on repartira sur autre chose , j'ai conscience aussi que certaines choses seront refusées. "



Au sujet des tensions de ces derniers mois, le but est désormais d'aller de l'avant et repartir de zéro expliquent elles. "Le but est qu'il y ait un dialogue maintenant entre les commerçants et la mairie. Notre but est de créer avec l'association un collectif avec la chambre de commerce en médiateur. Pour la mairie c'est plus simple d'avoir un seul interlocuteur plutot qu'écouter les doléances de chacun. Si la mairie a fait cette démarche c'est qu'elle se rend bien compte qu'il y a un vrai problème , elle ne peut avoir toutes les solutions aux problèmes et il faut donc aussi que les commerçants l'entendent et se bougent. La communication est ce qu'il y a de plus important. Il y a quand même beaucoup de belles animations faites par la mairie et il faut donc voir comment les commerçants peuvent s'y greffer" précise Mme Pernet qui s'occupe depuis de nombreuses années maintenant de 28 communes dans le département et a donc de l'expérience dans le domaine. Elle veut aussi beaucoup travailler sur l'accueil des clients précise t'elle.

"On veut avancer désormais, laisser de coté les tensions qu'il y a eu l'automne dernier. Après avoir parlé aux commerçants ça a permis d'apaiser les choses. Cependant ils sont en attente maintenant de voir. C'est à dire qu'un pas a été franchi et maintenant tout le monde attend que ça aille dans le bon sens, car on a un village à fort potentiel. Mais il ne faut pas être qu'en attente, il faut savoir aussi quand on a un commerce s'investir personnellement et c'est la démarche que l'on va faire avec Stéphane Pernet en allant les voir . Par exemple vous avez un bar on va leur dire il faudrait faire telle et telle chose pour faire revenir du monde, vous avez un restaurant faire ci, tout n'est qu'une démarche de réorganisation, communication." poursuit la présidente.

Un bon courage donc à cette nouvelle association et souhaitons lui de vivre aussi longtemps que la précédente.


LES PROJETS
"On n'aura pas de grands budgets, on ne pourra avoir la première année de grosses subventions mais on va travailler pour faire des petites choses. On veut faire vraiment participer tout le monde aux manifestations. Tout ce que l'on va faire c'est du donnant donnant. On veut que les habitants reprennent confiance en leur village et qu'il y ait du relationnel entre les habitants et les commerçants, que les habitants prennent plaisir à venir chez les commerçants."

* Création d'une chasse aux oeufs pour Paques chez les commerçants en avril
* "On a des choses de prévues pour l'été avec des soirées par exemple"
* Animations pour Noël
* Pourquoi pas faire des manifestations à thème en plein air avec les associations comme des cours de yoga dans le jardin des remparts, cours de danse dans le centre ville en plein air
* Halloween en octobre, après une dynamique créée l'an passé ils comptent accentuer leurs efforts pour cette année
* Fête de l'iris
* Développer la communication en créant une page Facebook
* Adhérer à Terre de Commerce et Shopin’13
* Travailler avec la mairie
Et encore pleins de multiples petites idées et envies

LE BUREAU
Présidente : Mélanie Despatures (Mon Opticienne)
Vice Président : Alain Contensuzas (Lorenove)
Secrétaire : Anne-Marie Polin (Esthetic Evasion)
Trésorier : Brice Batifouillé (CIC)
Michël Sztern (Allianz), dont le rôle sera à déterminer






En ce début d'année 2017 une nouvelle association vient de voir le jour à Trets, ayant pour but la discussion et la rencontre sur un thème bien précis : notre commune, tout en ayant un objectif final : politique. Son nom "Trets Bougeons nous".

Fondée par un nouveau tretsois Olivier Finel, il explique avoir voulu monter cette association en constatant un manque de dynamisme sur notre commune "Moi je suis un nouvel habitant de la ville, depuis 8 mois maintenant, je me suis rapidement impliqué dans de nombreuses associations comme le tennis, le hand, et j'ai eu l'impression que ça ne bougeait pas trop. J'aime bien participer à la vie locale et j'ai donc essayé de contacter les gens qui avaient envie de faire bouger les choses. J'ai un peu eu le sentiment d'une inertie en arrivant cet été, qu'il y avait un manque de vie, de dynamisme, et beaucoup de personnes que j'ai rencontré ont eu le même sentiment. Je trouve que cette ville a un vrai potentiel car elle a beaucoup de choses des services, mais il y a des choses qui ne sont pas faites. J'ai trouvé en arrivant que l'ambiance était en réalité un peu morose. Les gens trouvent que c'est mort en centre ville alors qu'avant c'était vivant par exemple." explique t'il.

Il a alors cherché des gens pour la monter et au fil des rencontres a fait la connaissance des deux élues de l'opposition de gauche actuelle "J'ai rencontré Stéphanie Fayolle et Isabelle Graffagnino lors du salon de la gastronomie, en septembre dernier, je leur ai dit que j'étais motivé pour essayer de développer un projet ensemble, savoir si ça les intéresser. Elles ont adhéré à mon discours et on a essayé de voir un spectre large pour faire venir tous les horizons progressistes, républicains, écologistes qui voulaient travailler ensemble pour faire un nouveau projet et donc on a créé cette nouvelle association qu'on lancera le 21 janvier en assemblée générale."

L'association qui est Loi 1901 est pour le moment composée essentiellement d'anciens membres de la liste de Roger TASSY aux élections municipales à savoir les élus de l'opposition actuelle, ou précédente, d'anciens élus de la municipalité Tassy, des personnalités orientées à gauche donc : "On est majoritairement de gauche évidemment , mais en même temps on n'est pas figé. On partage les mêmes idées républicaines et laïques mais aux appartenances politiques de gauche extrêmement variées. On veut que ce soit un lieu qui réunisse les tretsois de diverses sensibilités et idées, les gens de droite sont aussi les bienvenus pour échanger et discuter ! Il faut qu'il y ait des avis divers ." précise Isabelle Graffagnino. "Au départ on était 3, on est désormais une dizaine et on espère une vingtaine au lancement. On se développe petit à petit." annonce Olivier Finel.
Le but de l'association est donc de faire rencontrer les tretsois, qu'ils échangent entre eux sur différents sujets qui concerne la vie communale. "On veut essayer de travailler sur plusieurs thématiques (comme les énergies renouvelables sur Trets, le stationnement, les associations, la culture, la gratuité et bien d'autres thèmes) lors de débats participatifs, mais aussi des repas citoyens, organiser aussi pourquoi pas des manifestations à thèmes etc. . On veut essayer de sentir ce que veulent vraiment les gens pour faire quelque chose de cohérent. On espère que les tretsois vont venir nous dire : Nous on a tel problème comme comme la circulation, le stationnement que peut on faire ? La politique avec des idées toutes faites ça ne marche plus ce qui compte c'est la concertation, à l'échelle d'une commune c'est surtout le ressenti humain qui est important" explique t'il.


"On veut que ce soit des lieux de débats avant de construire et pour construire il faut qu'il y ait des avis divers aussi, ce n'est pas fermé, surtout que les gens se rassemblent et parlent . Or on a l'impression que chacun reste dans leur coin , on souhaite que la parole se libère, car rien n'existe pour vraiment libérer la parole, on veut donc créer un lieu de parole , d'expression en dehors de Facebook, c'est vrai que ça y échange beaucoup dessus, mais pas dans le face à face . On veut quelque chose qui soit dans la convivialité , pour permettre de créer des liens." expliquent Isabelle Graffagnino et Stéphanie Fayolle. "On constate qu'il y a souvent du mécontentement sur les commentaires des réseaux sociaux, donc ce serait bien de prendre ces mécontentement, des les écouter, qu'ils viennent nous le dire et échanger. Et qu'on réfléchisse ensemble comment améliorer les choses. Il ne suffit pas de se plaindre et attendre des autres. " argumentent d'autres membres de l'association.

Et justement comment comptent ils se positionner face à la municipalité actuelle ? "Au niveau de la municipalité, on va essayer de pointer le doigt si c'est nécessaire sur certains sujets, mais si des choses ne vont pas on va jamais dire : «Ah ça c'est nul il faut changer ». Il ne suffit pas de toujours tout attendre de la mairie aussi, il faut que l'on bouge ensemble on veut donc rassembler tout ça. «Trets bougeons nous», c'est aussi prenez en main votre ville ! On veut mettre du dynamisme dans Trets." précisent ils. "Nous en conseil municipal on essayera de porter les avis des tretsois, comme on le fait déjà dans nos questions. On pourra poser ainsi des questions précises, pertinentes, quelque chose de travailler, l'important est de produire" annoncent les trois élus de l'opposition de gauche actuelle.

Evidemment, beaucoup de tretsois vont se demander si ce nouveau groupe n'a pas des ambitions pour les prochaines municipales, sachant que la gauche tretsoise n'est plus en grande forme après deux défaites aux municipales et le retrait de ses deux figures principales qu'étaient Nathalie Gastaud (qui s'est retirée de la vie politique depuis sa démission de l'opposition en avril 2014) et Roger Tassy qui en était à son dernier combat politique et qui est très rare en conseil municipal aujourd'hui.
Un parti qui n'a donc plus de véritable grand dirigeant sur Trets, comme c'était le cas depuis des décennies. La réponse est oui : " On souhaite quand même proposer pour plus tard, un projet pour Trets, mais je veux qu'on le prépare, que ça soit travailler. Un projet en partie pour les Municipales de 2020, quelque chose de concret pour les tretsois et tretsoise à leur présenter. On veut imaginer le Trets de nos enfants, se projeter dans l'avenir" avoue Olivier Finel, mais leur but principal avant tout et actuel reste en priorité la rencontre entre tretsois, les échanges d'idées entre habitants toutes appartenances politiques confondues.

Sur le plan politique, François Coquillat, ex adjoint de l'équipe Tassy expliquera en gros que la gauche tretsoise n'était pas morte, prenant exemple qu'au lendemain de leur défaite aux municipales, ils ont organisé une rencontre entre amis, soutiens, et étaient plus de 80 à se rassembler et parler essentiellement politique tretsoise, de Trets en général, et plus de 40 encore dernièrement lors d'un diner organisé chez un tretsois.

"Depuis quatre cinq mois maintenant on se réunit régulièrement, environ toutes les 3 semaines. On est motivé, on a envie de travailler. Le but est de faire des débats, rencontres publiques une fois tous les deux mois environ, le bureau élargi lui continuera à se réunir toutes les 2 3 semaines." concluent ils.
Afin de se faire connaitre ils ont ainsi commencé à distribuer des tracts sur le marché et réfléchissent à écrire aux associations pour se faire connaitre, mais ont aussi ouvert une page facebook "Trets bougeons nous".

Si vous souhaitez en savoir plus, ils organisent une grande réunion publique de présentation de leur association CE SAMEDI 21 JANVIER 2016 A 10H AU CAFE DE LA GARE, ouverte à tous !



Le Président de l'association est : Olivier Finel
Secrétaires : Stéphanie Fayolle, Dominique Grangier
Trésorière : Isabelle GUILLEN

Mail : tretsbougeonsnous@gmail.com







Comme vous le savez depuis quelques saisons l'UST vit quelques moments difficiles au niveau de son équipe principale séniors qui n'est plus au niveau d'antan où elle trustait à l'époque les premières places des championnats et compétitions départementales ou régionales. S'il y a 4 5ans le club évoluait ainsi en PHA ou Coupe de Provence, l'an dernier il n'était plus qu'en division d'honneur. Une situation que le président du club veut réparer et souhaite redonner au club la belle image compétitrice qu'il avait il y a quelques années. Pour cela Cyril Accola a ainsi confié à la fin de la saison dernière les rênes de son équipe principale à KARIM KHANFRI entraîneur des Séniors et à Abdellack Daoudi Le Manager afin qu'il restructure celle-ci et lui redonne ses lettres de noblesse.

Ce dernier prend sa mission très à coeur et a ainsi de nombreux objectifs avec un projet explique t'il "Le président m'a confié les pleins pouvoirs pour restructurer l'équipe et nous travaillons en très grande collaboration. Nous sommes montés cette année d'une catégorie et passés en Première division. Mon objectif est ainsi de passer en PHB, puis de le faire revenir en PHA là où il était il y a quelques années. Je veux que nos anciens soient fiers de nous, remettre le club là où il était dans le passé avec son équipe principale, que les gens reviennent au stade chaque dimanche" Il a ainsi monté une équipe constituée entièrement de tretsois, avec un effectif de 30 joueurs, dans lequel font partis “2 joueurs de 19ans très prometteurs Théo et Alexis qui ont prouvé qu'ils avaient totalement leur place dans l'équipe" explique t'il.

Une équipe composée de joueurs de toutes confessions et origines qu'il souhaite voir vivre comme une famille, où la bonne ambiance est importante précise t'il et pour cela l'UST organise de nombreuses sorties entre eux, des repas pour qu'ils soient tous soudés tout en y installant une vraie rigueur et discipline qui fonctionne à merveille pour le moment et il se dit aujourd'hui très fier de cette dernière. Un projet qui commence à porter ses fruits puisque l'équipe est actuellement deuxième du championnat, et commence à faire peur aux adversaires annonce t'il, prenant l'exemple d'une équipe qui a préféré déclarer forfait la semaine dernière (4 décembre 2016), de peur de se prendre une grosse défaite face à nos tretsois, surtout après une grosse victoire que l'UST avait engrangé la semaine précédente 6 à 1. Ce dimanche 11 décembre, lors de la 9e journée de Première Division (B), l'Us Trets a de plus réalisé une fois de plus très beau match à l'extérieur en écrasant 3 à 0 le So Cassis. Souhaitons leur bon courage et que ce succès continue.

Le Président Cyril ACCOLLA rajoute, qu'il est fière du travail accompli en deux ans de Présidence, avec l'obtention du Label Jeunes Espoirs remis la semaine dernière et du travail de ses éducateurs aussi bien en jeune qu'en séniors, "l'UST continuera à vivre et à faire parler de lui dans la Vallée. Je tiens à remercier toutes les personnes qui m'entourent au sein du Comité Directeur, ainsi que les éducateurs, Entraîneurs, Dirigeants, Directeur Sportif des jeunes et le Manager des séniors, l'aventure continue et le travail continuera à payer afin de redonner une belle image à ce plus vieux club de la commune pour le bonheur et la joie des Tretsois."

Et pour les récompenser c’est à eux qu’est revenu l’honneur d’inaugurer dimanche dernier la pelouse d’honneur de la Gardi, entièrement rénovée par la mairie et promis au Président Cyril ACCOLLA au mois d'avril 2016, après une semaine de travaux en aout et 3 mois de repos total, un bel outil qui devrait les aider à faire de beaux matchs.









En 2010, une des associations les plus anciennes de Trets fêtait déjà son cinquantenaire ! Il s'agit des Amis de Saint Jean du Puy, un groupe de bénévoles qui se charge d'entretenir le site si cher au cœur des tretsois : l'Hermitage de Saint Jean du Puy. C'est en effet le 1er novembre 1960 à 18h qu'est née l'association, lors d'un rassemblement en mairie de Trets des membres qui tenaient la buvette de l'Hermitage depuis plusieurs années (1954 55 environ et dont beaucoup travaillaient en mairie) déjà pour le compte du Syndicat d'initiative de la commune. Le but est alors simple et écrit officiellement : "l'association sera chargée de la gérance de la buvette et de l'entretien des bâtiments du site", situé route de Kirbon et surplombant la commune.
Parmi ces membres ce jour là des tretsois bien connus qui nous ont hélas quitté comme Jean Maunier alors garde champêtre, qui sera nommé président ou encore Léon Baille agriculteur et Roger Burles qui seront désignés Vice Président . Yvon Peire agent communal sera nommé trésorier et Salle Paul : secrétaire. Le siège de ce qui était appelé à l'époque "une société" sera basé en mairie.

Quelques années plus tard, Léon Baille (Photo de droite) qui a consacré quasiment toute sa vie au lieu, en deviendra le second président jusqu'en 1994 pour raison de santé, un nouveau président sera alors désigné en la présence d'Alain Guiony, toujours président aujourd'hui, avec une mission identique à ses débuts : "donner aux randonneurs le meilleur du site de St Jean du Puy". Entré dans l'association en 1981, il a toujours donné de son temps à l'Hermitage et a secondé Léon Baille pendant de nombreuses années. Léon qui lui décèdera le 15 Janvier 1997.
Une convention sera signée le 23 Mai 1997 entre la mairie et l'association pour établir les droits de chacun concernant la conservation de l'Hermitage, car à l'époque tout était oral "à la main" !


Depuis de sa création le but de ces bénévoles et passionnés n'a pas changé : la sauvegarde, la restauration et l'entretien du site, en y faisant de nombreux travaux : peinture, réfection d'enduis, propreté, débroussaillage, réparations, plantations d'arbres, d'arbustes, carrelage qu'ils financent tout eux même, sauf en cas de gros travaux où là c'est la mairie qui finance ou participe aux coûts... "Nous essayons de tout refaire à l'ancienne" précise Mr Guiony. Chaque week end des groupes de bénévoles de l'association s'occupent donc des gardes , de la buvette, de l'accueil des visiteurs..

Mais il faut noter que l'association n'a pas de subventions ses ressources viennent de la buvette, des dons effectués par les visiteurs du refuge etc... "Nous comptons trois types de personnes dans l'association" précise le président actuel Alain Guiony "nous avons des gens qui ne font que la garde car ils aiment parler aux gens, d'autres volontaires pour réaliser les travaux et enfin ceux qui font tout. On est près d'une trentaine aujourd'hui, un nombre qui stagne depuis longtemps, mais on a jamais été une grosse association". Ainsi en ce printemps 2010 ils sont 15 à faire les gardes le week end. "Mais les gens ne voient pas en fait tout ce que l'on fait, ne se rendent pas compte de notre travail, ils ne savent pas que c'est une association de bénévoles" regrette t'il.

Mais en plus de l'entretenir, les bénévoles font aussi vivre le site depuis très longtemps en y organisant des fêtes, puisque chaque premier mai un grand pèlerinage est organisé sur le site avec messe, danses , concerts champêtres, pique nique, un grand moment de convivialité que les tretsois apprécient beaucoup et s'y rendent par milliers chaque année. Des festivités qui se sont par ailleurs développées depuis une quinzaine d'années d'ailleurs. Mais il y a plusieurs dizaines d'années il y avait également d'autres festivités au printemps qui permettaient de réunir la population dans ce lieu comme à Pâque, la St Jean.

Dans les gros travaux durant ce cinquantenaire on retiendra ainsi la restauration qui fut entreprise en 1954 sur la buvette, la chapelle... De nombreux arbres furent planter dans les années 50 pour permettre le reboisement du site, suite à deux incendies l'un en 1938 et l'autre pendant la guerre en février 1942. En 1975 c'est la réfection d'enduis, restauration de la cuisine qui sont réalisées. Puis depuis dix ans c'est la toiture de la chapelle qui sera refaites avec l'aide d'une grue dès le 9 Mai 2000 ou encore dès le mois d'Octobre 2007 : Travaux de rénovation de la toiture de la buvette...


Un gros changement interviendra en 1980 puisque la préfecture décidera de la Fermeture du site au public l'été pour cause de circulation interdite dans les forets ; en raison des risques d'incendies. Cela permet ainsi à la végétation de se reposer, mais aussi aux bénévoles, car les saisons de printemps et d'automne sont chargées niveau fréquentation par de nombreux randonneurs. Mais cela n'évitera hélas pas de gros feux de menacer le site, comme ce fut le cas dans les années 40, puis le 26 Juillet 1984, une partie du site sera ravagé par un incendie parti dans l'après midi entre Trets et Peynier (quartier Ste Barbe), après s'être calmé en fin de soirée, le feu reprendra le lendemain 27 avec l'aide du vent, et monta alors jusqu'à la poubelle et le cabinet sous la maison communale. L'Hermitage fut heureusement ce jour là épargné grâce à l'aide des canadairs.
Rebelote ensuite le 1er Aout 1989 avec le terrible feu du Mont Aurélien (voir dossier spécial) qui s'arrêtera à 500mètres à peine de l'Hermitage. Un sauvetage du site du au travail de débroussaillage effectué par les bénévoles de l'association. Mais le feu ne sera pas le pire ennemi du site puisqu'il y aura la foudre aussi . En effet le 17 Janvier 1999 le clocheton qui domine la vallée est foudroyée par la foudre, causant de gros dégâts avec des murs éventrés, barreaudage arraché, toiture soulevée, corps du bâtiment fissuré et l'assise de roche a elle explosé. Un événement qui s'était déjà produit 200ans auparavant le 16 Novembre 1779 d'après les archives.


Mais hélas tout ce travail, ces efforts sont malheureusement gâchés par le vandalisme des visiteurs, de voyous qui ont ainsi saccagé les lieux plusieurs fois en 50ans, comme par exemple il y a deux ans avec le vol des matériaux de la toiture et son saccage, mais il y a eu aussi durant ces années le vol de statues, d'objets décoratifs, d'arbres, de nombreuses dégradations qui furent effectuées etc. , et à chaque fois la gendarmerie sera saisie par l'association qui portera plainte. "Depuis l'été 2009 nous en sommes déjà à 5 vols" expliquera Mr Guiony. Mais dans les très mauvais souvenirs il y a aussi cette triste affaire au début des années 90, lorsque de jeunes scouts irresponsables avaient allumé le feu dans la cheminée de la chapelle avec de l'essence, provoquant une explosion et brulant gravement plusieurs jeunes, cela causera alors de gros ennuis judiciaires à l'association et au maire de l'époque.

Sur les hauteurs tretsoises enneigées, 4 février 2015Heureusement le président de l'association gardent de très bons souvenirs de ces années "Chaque dimanche est un excellent souvenir, de voir les gens qui trouvent que le site est très bien entretenu, que le site soit apprécié, de voir qu'ils sont contents, on fait des connaissances etc... Ce coté humain est très important pour nous, d'ailleurs les gens aiment savoir l'historique des lieux" . C'est d'ailleurs par une visite sur le site en 1980 et sa rencontre avec Léon Baille, que Mr Guiony tombera amoureux du site puis de Trets, et emménagera alors sur la commune, en devenant rapidement membre de l'association dans laquelle il s'investira beaucoup. Mais le 1er mai est aussi une belle journée pour lui et ses bénévoles. "Du moment que tout le monde respecte le site, le travail que l'on fait tout le monde est le bienvenu, mais on est hélas déçu par certaines personnes qui ne respectent pas"






Parmi les autres dates marquantes de ce cinquantenaire on retiendra aussi :
1938 : Léon Baille se lance dans la sauvegarde de ce site.

3 Mai 1942 : Plantation du cèdre proche de la Chapelle et poème gravé par Léon sur la roche sous la Chapelle côté St Zacharie.
1954 : Premiers travaux de sauvegarde effectués par un groupe de personnes autour de Léon Baille sous l’égide du syndicat d’initiative de Trets.
1er mai 1977 : Mise à disposition de la grande salle derrière la buvette. Deux années de travaux pour transformer une ruine de quatre murs en salle.

1er mai 1985 : Pour la première fois un archevêque préside l’office religieux. Monseigneur Panafieu était à cette époque archevêque du diocèse Aix-Arles.
1er mai 1987 : Inauguration du porche d’entrée de l’ermitage et de la table d’orientation proche du clocheton. Porche construit par les Compagnons Passants Maçons du Devoir et la table par l’Institut des Invalides de la Légion Etrangère de Puyloubier.
1er mai 1992 : Les archevêques des trois diocèses contigus à st Jean sont présents au pèlerinage :
Monseigneur Coffy pour Marseille, Monseigneur Madec pour Toulon et Monseigneur Panafieu pour Aix-Arles
Cette année là le reliquaire de Saint Jean est monté à l’ermitage pour la première fois depuis le 3 mai 1942 (bénédiction des vers gravés par Léon dans la pierre au sud de la chapelle).

1er Mai 1994 : Inauguration du refuge Léon Baille, ce refuge est constitué de deux pièces qui sont à l'arrière de la chapelle et ouverte toute l'année aux pèlerins et randonneurs de passage.
1995 : Tournage de l'émission Midi Méditerranée de France 3, sur le site et interviews des responsables dans un beau reportage sur l'Hermitage
26 Avril 2000 : Mise en place de la croix du jubilé à l'endroit de l'ancienne carrière de marbre, bénédiction le 1er Mai
1er mai 2000 : Bénédiction de la Croix du jubilé an 2000 par Monseigneur Fiedt, archevêque d’Aix-Arles en présence d’un grand nombre d’élus de Trets et des communes avoisinantes. La chapelle est fermée pour cause de travaux de réfection de la toiture.
7 Décembre 2002 : Illumination du clocheton dans le cadre du Téléthon par les Mainteneurs des feux de la St Jean.
1er mai 2003 : Inauguration de la nouvelle table d’orientation toujours réalisée par l’IILE de Puyloubier en remplacement de la précédente dégradée.


=> Présentation détaillée, historique de Saint Jean du Puy

Avril 2010
/ 4 Commentaires






Ce Dimanche 13 mars 2016 se déroulera au château des remparts le traditionnel salon des écrivains de Provence. Parmi la trentaine d'auteurs présents vous pourrez retrouver Bruno Carpentier, auteur de romans policiers régionaux, qui viendra présenter ses précédents ouvrages comme "Écorcheur de Cadolive qui se déroule à deux pas d'ici et "Le berger de St-Aybert", qui remporte un franc succès surtout dans le Nord de la France où se déroule l'intrigue. Mais ce n'est pas tout puisqu'il pourra vous distiller quelques informations sur son nouvel ouvrage, un livre particulier puisque son prochain polar, "La Crypte de Saint-Maximin", se déroulera en partie à Trets. Chose rare...

Originaire du Nord de la France, il est arrivé en Provence en 1972 et habite à Cadolive depuis 20 ans. "J'aime inviter mes lecteurs à se balader dans les régions où se déroulent mes "crimes de pays" (nom de la collection polars chez Italiques), d'autant qu'elles sont toutes les deux magnifiques." confie t'il

Et sa prochaine ballade se passera donc chez nous, à Trets ville où les faits divers ont hélas quelquefois marqué la vie de la commune depuis des centaines d'années... "Il s'agit d'un roman policier historique qui paraîtra en octobre 2016 et qui devrait s'intituler "La crypte de St-Maximin". L'affaire se déroule entre Marseille et Saint-Maximin.. En juillet 2012, Janette Mouriès est retrouvée morte dans la crypte de la basilique maximinoise. Cette prédicatrice mystique prétendait avoir découvert des éléments nouveaux sur la vie de sainte Marie-Madeleine. Pour dénouer les fils d'une intrigue haletante, le commandant Cosentino devra découvrir quel était le secret de cette vieille dame originaire de Trets où, d'ailleurs, se termine le roman policier. L'église romane Notre-Dame de Nazareth de Trets est signalée en l'an 100. Ses bâtisseurs ont dû connaître saint Maximin et sainte Marie-Madeleine. Vous comprenez que mon roman policier s'y attarde...", un ouvrage sur lequel le site reviendra donc évidemment à l'automne prochain lors de sa sortie.


En attendant vous pourrez donc le rencontrer ce dimanche, dans le salon, un évènement qu'il affectionne beaucoup explique t'il "C'est un vrai salon à taille humaine où les auteurs peuvent encore prendre le temps de discuter avec les lecteurs et les visiteurs. Ici, pas de colonnes d'écrivains alignés au cordeau en rangs d'oignons. De plus, l'office municipal de la Culture de Trets et la librairie Le Bateau Blanc sont très ouverts. Nous sommes loin des supermarchés du livre. J'adore. "



Pour en savoir plus sur La crypte de Saint-Maximin, le prochain polar de Bruno Carpentier, vous pouvez écouter cet entretien sur France Bleu Provence :

Ou encore aimer la page Facebook Crimes de Pays et visiter le blog du même nom : https://www.facebook.com/crimesdepays/

Blog : http://crimesdepays.skyrock.com/

Contact : crimesdepays@gmail.com

Photo : Raymond Calaf






Après un précédent mandat historiquement agité au sein de la municipalité, comme vous vous en souvenez, rebelote en ce second mandat démarré en mars 2014. Pas dans la majorité cette fois où pour le moment l’entente est de mise (apparemment), mais à gauche. Ce mercredi 16 décembre 2015 Christophe Sanna, le leader du groupe de gauche ‘’Unis pour Trets’’ a officialisé sa décision de quitter le groupe et de devenir indépendant. Un choix qui n’est pas très surprenant si on suit attentivement de la vie politique tretsoise et ses conseils municipaux.

Il a choisi Trets au cœur de la Provence pour s’expliquer le week end dernier dans une longue interview, sa décision, sa vision des choses, l’occasion d’en profiter pour revenir là où ça a commencé, durant l’hiver 2014 avec son engagement, la campagne des municipales qu’ils avaient perdu puis ces 20 mois de mandats. Il a répondu à toutes les questions posées et même à d’autres que je lui avais posé, mais qui hélas n’ont pu être retranscrites en raison de soucis techniques. Merci à lui


Qu'est ce qui vous a donné envie de vous lancer en politique l'an passé sous la liste de R TASSY ?
Je suis tretsois depuis plus de 30ans maintenant, sapeur-pompier volontaire au sein du centre de secours de la commune où j’étais président de l’amicale des sapeurs-pompiers pendant une quinzaine d’années. Trets j’y vis, j’y grandis depuis une quinzaine d’années, je la connais sous ses moindres détails, je la côtoie au quotidien. Je connais les tretsois plus ou moins de toutes catégories sociales confondues de par ma profession.

Je rencontre beaucoup de personnes dans le besoin, mon choix de faire partie de la liste de Roger Tassy s’est fait car c’était un homme de Trets, connu, disponible avec des valeurs et des principes, qui aidaient les tretsois, on pouvait s’en rendre compte rien qu’en voyant la file d’attente lors de ses permanences pour toutes sortes de doléances. Cet homme de terrain, qui me correspondait, m’a donné envie de m’impliquer sur sa liste et donner un souffle nouveau. Je le connaissais depuis longtemps en tant que 1er adjoint, puis maire… C’était l’homme pour moi qui était tretsois et connaissait la commune, c’est pour ça que je me suis impliqué.



Comment avez vous vécu ces Municipales, vous qui étiez en plus très impliqué en animant le meeting ?
C’est vrai que j’étais impliqué dans ces municipales où je me suis impliqué à fond, j’avais proposé d’animer ce meeting avec Sylvie Raseli, car je voulais cette touche moderne, un meeting qui était une sorte de show à l’américaine. A l’issue de celui-ci beaucoup de personnes étaient venues me féliciter pour le travail et le souffle nouveau qui avait été lancé pour ce meeting. C’était un meeting qui s’était bien passé. Moi je suis fier de cette campagne, une grande fierté.


20 mois après, avec le recul, comment analysez-vous la grosse défaite que vous avez subi à l'époque avec votre équipe qui était la seule de gauche à cette élection ?
Avec le recul c’est une défaite amère, un vote sanction de la politique gouvernementale, ok je suis d’accord, je comprends aussi les électeurs, leurs craintes, peur, mais surtout leurs besoins. Mais je comprends aussi qu’ils ne voulaient plus de ce duo Tassy / Gastaud, ça s’est ressenti dans la campagne, on le vivait, les gens ne voulaient plus de ce duo, c’est trop tard que voulez-vous faire.


Je me rappelle aussi au lendemain du premier tour, que toute l’équipe vous étiez très défaitiste, comme si vous aviez perdu dès le premier tour ?
C’est ce que j’ai senti aussi ! Honnêtement je l’ai ressenti également. C’est vrai qu’une défaite ben ça fait mal, on se relève, on rebondit, on avance, effectivement on peut dire que c’était défaitiste.


Quand avez-vous su (les 4 nouveaux élus actuels de l'opposition que Nathalie Gastaud, Georges Lescoche, Sylvia Di Lena etc allaient démissionner? Comment cela s'est-il mis en place ? Enfin comment le choix sur vous 4 s'est-il effectué ?
On a su en effet que les quatre anciens élus allaient démissionner, en toute honnêteté moi je l’ai appris au lendemain de la défaite du second tour, le choix s’est fait en concertation avec le groupe et je me suis alors proposé d’en faire partie. Je leur ai dit, je veux me lancer, faire partie du groupe d’opposition, je voulais faire quelque chose pour la commune, j'ai ensuite été rejoint par Stéphanie, Isabelle & Dominique.


Comment avez vous vécu ces 5 mois en tant qu'élu d'opposition ? Comment se passent vos rapports avec la municipalité au jour le jour et pourquoi si peu de contradiction dans les débats ?

On a l'impression en effet que vous avez voulu être en totale opposition avec vos anciens collègues élus au niveau du comportement, où entre eux et la municipalité sous le précédent mandat il y avait une véritable ambiance de « guerre permanente, de la tension constante ». Or désormais vous 4 êtes généralement extrèmement calme , mais du coup en regardant en spectateur les conseils municipaux; on a l'impression que vous n'êtes presque même pas des élus d'opposition peu d'analyses de certaines décisions municipales, un coté moins « pointilleux sur les décisions » des débats extrèmement courts généralement (comme par exemple le débat d'orientation budgétaire de novembre qui était tout sauf un débat et d'une durée record 15min)... Pourquoi ?


C'est vrai qu'en devenant chef de file de l'opposition j'ai voulu apporter ce dynamisme du role de l'opposition. Je n'ai pas voulu être en total opposition avec les anciens élus de gauche du précédent mandat, mais seulement apporter une opposition constructive et participative, je ne suis pas pour la guerre permanente en conseil municipal et je pense que la municipalité l'a compris et adhère aux différentes suggestions que nous avons envisagé. Je parle notamment de la création de différentes commissions dont celle du dynamisme du centre-ville où je siégerais prochainement, ou la sonorisation du conseil municipal que l'on n'avait plus depuis bon nombre d'années. Alors après c'est vrai il y a des sujets où c'est difficile, il y a un manque de vision on ne peut pas pousser le débat comme on pourrait le pousser par manque de limitation d'accès aux dossiers, mais on aborde vraiment tous les sujets sans restrictions même s'ils peuvent être polémiques, après on sait que c'est toujours la majorité qui a le dernier mot c'est la politique c'est comme ça. Mais dans un débat je peux et j'ai pu être pointilleux par le passé sur certains sujets, mais ça ne sert à rien de l'être en permanence

Au sujet du dernier conseil municipal où le débat d'orientation budgétaire a été bouclé en 15minutes. Déjà il n'y a pas eu de volonté réelle de la municipalité de débattre par manque de dossier et on a eu les documents la veille. Ca je l'ai défendu en conseil municipal , en demandant que ce débat soit vivant, je voulais apporter et informer les personnes ; déjà le débat d'orientation budgétaire n'est pas obligatoire dans une commune mais recommandé. J'ai suggéré à la municipalité de le rendre attrayant, de le faire passer en réunion publique, avec différents intervenants, de la majorité, opposition, acteurs du centre-ville, commerçants, tretsois, associations sportives qui se sentent impliquées dans leur ville, c'est ça un débat d'orientation budgétaire, que les gens se sentent concernés, car c'est les deniers publics.


Qu'est-ce qui vous a poussé à prendre cette décision de vous séparer de vos camarades ? Quels évènements ont fait que vous avez décidé cela ? Sur quel point vos positions divergent réellement de celles de vos camarades ? Enfin, en avez-vous parlé entre vous ?

C'est une différence d’idées, d'opinion, de vision des choses qui sont venus au fil du temps et dépassent à mon sens le principe même d'œuvrer pour les citoyens de la commune, je préfère me retirer et siéger seul. On est dans la confrontation politico politicienne, souvent liés à des objets de politiques nationales. J'ai en effet eu l'impression qu'à force la politique politicienne, le national prenait trop la place sur le local au sein du groupe dans les discussions et débats. Je ne cautionne pas la politique gouvernementale actuelle, je ne me reconnais pas en elle , comme cautionner la baisse du pouvoir d'achat des français, les taux de chômage qui augmentent, l'insécurité, la hausse des impôts et encore plus moi qui le vit au quotidien puisque je suis devenu un élu : la baisse des dotations aux communes, qui leur font très mal, ça je le dénonce, car en baissant les ressources aux communes, elles vont finir par ne plus investir et une commune qui n’investit pas c’est une commune qui s’appauvrit.

Je ne peux pas être associé à cette vision gouvernementale ; ce n’est pas la politique que je cautionne. Moi je veux siéger seul dans un but c’est insufflé une dynamique nouvelle sans clivage politique, car les idées elles doivent émerger de quiconque qui se sent impliqué et veut émerger dans leur commune c’est ça que je veux faire, je veux fédérer autour d’un projet commun. Je veux vraiment travailler sur le local en tant qu'élu, parler de Trets et pas du national. Plusieurs sujets abordés dans mon groupe ces derniers mois concernaient trop le national, comme le sujet sur les migrants ou un désaccord d’opinion par exemple sur la métropole imposée par le gouvernement telle qu'elle est présentée. 5La dette marseillaise doit être absorbée par l'état et non par les communes) . Ce n'est pas ça la vie locale de tous les jours qui interresse les tretsois.


Je suis éloigné de ces sujets de politique nationale. Mon but est vraiment de monter quelque chose d'intérêt communal , car il n’y en a jamais eu sur Trets, sans politique politicienne, plusieurs équipes se sont présentées ainsi mais elles ne l'ont jamais été en vérité. Je développerais une communication sur mon action, dans les mois qui viennent au fil du temps car c'est important, mais pas tout de suite, avec un site internet afin de faire connaitre mes idées et pourquoi pas des débats publics, des rencontres avec les habitants pour échanger sur des sujets de la vie locale.

Après ma décision je l’ai annoncé aux membres de mon groupe il y a plusieurs jours, on en avait aussi parlé ensemble plusieurs fois, cette décision de me séparer d’eux je l’ai réfléchi depuis quelques temps déjà.


Cette décision est elle le prémisse du début d'une réflexion pour 2020 ?
Non pas pour le moment, 2020 c'est dans 4ans, je n'y pense pas, mon but c’est de satisfaire les tretsois, avancer pour la commune, vraiment œuvrer, avancer ensemble pour le bien être de la commune. Aujourd’hui concentrons-nous pour notre commune, travaillons pour elle.







Comme vous le savez la tretsoise Roseline Marguet a participé au jeu de TF1 Les 12 coups de midi en ce mois de novembre 2015 où elle a triomphé et divertit près de 4 millions de français chaque midi avec sa joie de vivre, son humour et sa sympathie en compagnie de son mari Robert, présent dans le public. Pendant 12 jours elle a été la star de Trets et des jeux télé français en devenant le Maitre de Midi de l'émission du mercredi 11 au samedi 21 novembre (jour où elle s'est faites détrôner) et réussissant à remporter une pluie de cadeaux (argent ou matériels divers mais aussi une voiture) d'une valeur totale de 43 804€.

Depuis notre couple de tretsois qui avait déjà participé à de nombreux jeux télé dans le passé est souvent reconnu dans la rue évidemment et a eu la gentillesse de recevoir cette semaine Trets au cœur de la Provence pour qu'ils nous raconte dans les moindres détails les coulisses de l'émission, ressentis etc., l'occasion de nous révéler aussi que Roseline passera le réveillon de Noël en notre compagnie puisque Jean Luc Reichman les a invité en personne à participer au prime spécial "Les 12 coups de Noël" qui sera diffusé jeudi 24 décembre à 20h55 sur TF1., où elle jouera en compagnie d'une célébrité. Le tournage a lieu d'ailleurs ce jeudi 3 décembre.
=> Retour sur sa participation à l'émission avec les images de la 1ere semaine de diffusion


Montage du passage de Roseline lors de la semaine du 16 au 22 Novembre 2015


Leur passion pour les jeux télé
« Il y a eu "la roue de la fortune" en 1991 avec Christian Morin, "les Z'amours" 3 fois, j'avais été aussi sélectionné pour Slam et Questions pour une champion sur France3 mais ils ne m'ont jamais rappelé. Depuis 1991 je hante les plateaux en fait (rires). Je suis très joueuse, j'ai un esprit très ludique, ça me plait de participer à un jeu télé, mais maintenant on est limité car on ne peut pas en refaire avant 6 mois d'après les contrats, or je voulais faire soit "Money Dropped" de TF1 ou "Personne n'y avait pensé" avec Cyril Feraud sur France3. J'avais postulé là au départ pour faire "Money Dropped" mais on n'a pas été retenu car pas assez exubérant, mais finalement un jour la production nous a appelé pour faire "Les 12 coups de midi". Dans les 12 coups de midi j'ai répondu à certaines questions un peu trop vite car on n'a pas le temps de réfléchir, avec le chronomètre ça va vite.

Ce qui m'étonne c'est que je n'étais pas du tout stressée , fatiguée surtout car c'est très dur l'enregistrement. On n'avait commencé à 9h30 et on a fini à 11h le soir , on a enregistré 4 émissions l'après midi et je ne suis plus très jeune. Ils voulaient me faire assoir (lors de l'enregistrement du jeu), ne pas me faire monter l'escalier mais moi je ne voulais pas être assistée, donc j'ai voulu faire comme tout le monde. Je pensais être éliminée à la première partie mais j'ai eu énormément de chances. Je suis restée au final 11 émissions et je suis revenue à la 12e pour me remettre le chèque virtuel.»

Robert son mari rajoute : « Tous les deux on y était pour le plaisir du jeu.»



Les coulisses
«On a enregistré les 4 premières émissions le 16 septembre toute la journée, puis le 9 novembre les 5 suivantes et le lendemain encore deux avec la remise du chèque.
On est convoqué au studio le matin à 9h30 , on commence par un briefing où on nous explique ce qu'il faut faire ou ne pas faire, mais chez Endemol, qui produit le jeu, il n'y a pas trop d'interdits, par exemple à "Tout le monde veut prendre sa place" il ne faut pas demander d'autographes à Nagui, ni de photos avec lui; là aucun interdit, juste de rester naturel, on nous explique les déplacements sur le plateau, on passe ensuite ensuite au maquillage, au coiffeur puis ils viennent choisir les habits avec nous car il faut que nos vêtements soient coordonnés avec les autres candidats. Par exemple si un autre candidat a du rouge, je ne pourrais pas en mettre, il faut qu'il y ait un ensemble de couleurs sur le plateau. On doit aussi apporter nos propres tenues, tous les deux, 8 minimum.

Après on déjeune, puis à midi on commence à enregistrer, on reçoit la visite de la voix off que l'on ne voit jamais, on nous dit de faire beaucoup de grands gestes sur le plateau, ne pas être une statue, et pendant ce temps le chauffeur de salle explique au public comment réagir.»


Robert de préciser « Le chauffeur en profite car de 1 il aime nos accents marseillais, et deuxièmement on est très naturel, quand ils posent une question il faut que ce soit naturel et comme ils peuvent couper ça ne pose aucun problème. Il y en a eu quelques unes par exemple quand j'ai parlé de la fédération de scrabbles.»
Roseline « Entre les tournages des différentes émissions, on nous pose des questions que risquent de nous poser soit la voix off soit l'animateur, on a aussi une nounou, car quand on est le Maitre de Midi on a sa propre nounou, sa propre loge et il s'occupe de nous, nous apporte à boire... Les autres candidats n'ont pas de nounou. On est donc briefé comme ça. Entre chaque tournage d'émission il n'y a pas de grosses coupures, juste 10 15minutes en fait, le temps d'aller se changer, de reprendre le maquillage, coiffure... On était logé à l'hôtel le soir . En réalité, si on gagne on est logé à l'hôtel, si on perd on est juste défrayé pour le transport de pas plus de 100€. Ils nous payent aussi le taxi. »

Robert : « Si vous voyez la façon dont ils s'occupent de nous... On est vraiment chouchouté et comme moi ils m'ont impliqué dans sa suite, on était tous les deux ensemble, on a notre loge particulière dans l'émission, 2amis belges étaient venus avec nous ont pu manger avec nous etc. A la fin de chaque tournage tout le monde dans les équipes mais aussi les techniciens venaient nous félicités, c'est très gratifiant.»

Roseline :« Je ne sais pas s'ils font ça avec tout le monde mais on était chouchouté, et à peine on était arrivés que Jean Luc Reichman a voulu que l'on soit là pour le prime Spécial de Noël le 24 décembre comme candidats.»



Ce qu'ils pensent de Jean Luc Reichman
« Il a été très étonné quand je lui ai offert un dvd de notre première participation aux Zamours il y a 20ans, après il m'a envoyé des sms avec des photo arrêts sur images qu'il a publié sur facebook. On a pas mal discuté ensemble dans les coulisses, de notre manie de collectionner les pierres par exemple ou de la litho thérapie, il est très avenant. Il n'en revenait pas que l'on se soit rencontré auparavant et en plus je lui avais fait un acrostiche. Il est très avenant avec tout le monde, très ouvert. On a pu lui faire dédicacer son dernier livre que j'avais pu me procurer avant.»

Des Z'Amours aux 12 Coups de Midi !... ☀️20 ans plus tard, avec Roselyne et Robert, continuons à nous battre ENSEMBLE pour insuffler des ondes positives ! 🇫󾓮

Posté par Jean-Luc Reichmann, le VRAI ! sur dimanche 15 novembre 2015



Son succès dans l'émission
« Faire du scrabble ne m'a pas beaucoup aidé pour ce jeu là, niveau culture il y a un peu de la bouteille, j'ai plus de connaissances mécaniques que des connaissances domestiques, mais par contre le people et le cinéma je ne m'y connais pas, je ne vais jamais au cinéma par exemple. J'écoute rarement la radio. Et je peux dire que la chance m' a vraiment aidé, car quand je ne savais pas quelque chose la personne juste avant moi se trompait donc je n'avais pas à répondre. J'ai aussi eu pas mal de chance pour l'épreuve de l'étoile. Concernant la difficulté des questions, en dehors des questions sur le people ou cinéma il faut parfois réfléchir, une question est difficile tout autant que l'on ne connaisse pas la réponse. Ce qui m'a gêné le plus dans les émissions c'est que l'on ne voit ni le chronomètre, ni les questions, pour moi c'est très gênant, j'ai plus une mémoire visuelle qu'auditive et du coup il fallait être très concentrée. Avec le chronomètre c'est difficile d'être concentré car ça va vite et j'avais peur d'être gêné niveau audition avec mon âge.

Et de confier enfin qu'elle n'a pas encore reçu tous ses gains, dont certains elle va en faire partager à des proches ou des associations.»

Un grand merci à Roseline et Robert pour leur accueil et gentillesse, rendez vous donc le 24 décembre à 20h55 sur TF1








Vous vous en souvenez la vie municipale durant la précédente mandature avait été particulièrement agitée avec 13 démissions durant le mandat. Pour le moment celle ci est bien plus calme et se déroule dans un climat serein, mais ça n'a pas empêché la première démission du mandat de tomber. Et comme durant la précédente mandature, la première vient de l'opposition de gauche.
Si l'autre fois deux anciens candidats avaient démissionné avant même le premier conseil, puis une autre le 4 février 2009 celle de Guy Van Oost à l'époque, pour ce mandat la première vient d'avoir lieu ce Mercredi 11 février 2015 (on ne compte pas la démission bloc des élus d'opposition au premier conseil en avril dernier puisque celles ci étaient différentes et dans un autre contexte).

C'est en effet Dominique Grangier, élu de gauche du groupe Unis pour Trets qui a décidé de démissionner pour raison professionnelle. Un élu qui était très impliqué en conseil sur les questions relatives à la vie scolaire, étant lui même parent d'élèves à l'ATPE. Et par un hasard total celle ci a eu lieu, à un jour près, en fait le même jour que celle de Guy Van Oost en 2009, puisque Mr Grangier a déposé la sienne en mairie d'après mes informations le 5 février dernier. Y en aura t'il d'autres d'ici 2020 ? L'avenir nous le dira...

Qui le remplacera au sein du conseil municipal le 1er avril ? Interrogé sur la question, Christophe Sanna, chef du groupe, ne le savait pas encore. Chaque personnes restantes va devoir être interrogée. Il reste encore 16 personnes dans leur liste (Voir ici)dont beaucoup d'anciens élus 7. La logique, voudrait que ce soit quelqu'un de "jeune", novice en politique pour rester dans la ligne directrice voulue par Nathalie Gastaud et Roger Tassy en avril dernier. Et là il ne reste que 5 personnes !


Interrogé par Trets au cœur de la Provence pour connaitre les raisons qui l'ont poussé à démissionner et ce qu'il avait pensé de cette expérience d'élus pendant 9 mois, Dominique Grangier a accepté de se confier. Et il est assez critique vis à vis de la municipalité... Voici sa réponse :

"C’est un choix difficile qui s’est imposé à moi, passionné de politique et de Trets en particulier, la décision de démissionner est principalement liée à mon travail et mon avenir professionnel. Depuis 36 ans je donne de ma personne pour aider ,soutenir des êtres humains diminués par des accidents de la vie, des pathologies lourdes parfois, un handicap sévère, et quelques fois, l’âge aidant, il commence à y avoir usure et actuellement c’est mon cas ; étant en arrêt de travail depuis plus d’un mois déjà, un dos en charpie.
Dans le Médico-social actuellement, si tu n’as besoin de rien tu peux allez les interpeler. Les formations demandées, refusées depuis trois ans, Je vais donc me former seul, et ceci parallèlement au travail. Et c’est là que je trouve mes limites, une journée ne compte que 24 heures et souvent pour mener à bien tous mes projets (préparation et conseil Municipal inclus) entre autres ; il me manque au moins 6h. Et pour Trets qui plus est dans l’opposition, faire de la figuration ne suffit pas, et ne me satisfait pas. Les Trestois méritent mieux d’où mon choix. Personne n’est irremplaçable.

Concernant mes quelques mois passés au conseil Municipal et mon ressenti.
Tout d’abord, très bien accueilli par l’ensemble des élus. Pas toujours d’accord et c’est un euphémisme, mais respectueux. Quelques bonnes choses obtenues, la sonorisation de la salle, une amélioration pour nos concitoyens qui n’entendaient qu’un brouhaha horripilant. Les rythmes scolaires, partis sur une base catastrophique avec l’ancienne équipe, Ils ont étés récupérés et semblent donner satisfaction avec bien entendu les imperfections liées a la mise en route de ceux-ci, mais qui devraient être corrigées je l’espère avec le temps. Quand une chose est bonne il faut le dire.

Les points noirs, voir catastrophiques, tels que :
- l’annulation des Médiévales, il faut vivre à Trets pour se rendre compte de la perte d’un évènement pareil ! Quel gâchis. J’ai une pensée particulière pour (Cœur) les anciens comprendront.

- Les fêtes de noël d’une tristesse sans non, le 14 juillet qui s’arrête au moment où les communes voisines s’animent !

- La sanction faites aux associations en les taxant de façon arbitraire (location des salles d’ordinaire mises à disposition) y compris aux plus modestes, à nos anciens et aux associations caritatives qui survivent plus qu’ils ne vivent.

- Les taxes supplémentaires imposées aux parents, cantine, garderie, centre aéré. Et dans le même temps une revalorisation sans précédent de nos élus, juste intolérable, un peu de solidarité aurait été nécessaire selon moi.

- Il y a aussi le vote du budget, cela serait drôle si celui-ci était celui de Marseille, malheureusement c’est le notre ! Et là c’est vrai, mon humour à des limites. J’oublie beaucoup de choses mais un livre s’imposerait tant Trets est captivant. Cela se résume par « Faire des promesses c’est bien, les tenir c’est mieux »

Notre équipe
J’ai eu la chance de rencontrer et travailler avec des personnes extraordinaires, passionnées, certaines pure souche Tretsoises, d’autres comme moi des «pièces rapportées». Avec une mention particulière à Roger Tassy deux campagnes ensemble et des souvenirs plein la tête, pas forcément tous drôles, mais riche d’humanité, François Coquillat dont la générosité et son enthousiasme n’ont d’égal que sa charcuterie. Et tous les autres, anciens et nouveaux aimés ou pas, ils ne laissent personne indifférents. Bien entendu je regrette déjà ma décision, parce que comme le disait un sportif célèbre, (je la prends à l’insu de mon plein gré). Je leurs souhaite de tout mon cœur de réussir de grandes choses, de faire que grâce à eux Trets se relève de cette situation mortifère où s’enlise notre commune depuis plusieurs mois maintenant !
Un grand remerciement aussi aux membres du CCAS, et aux personnels du service, compétents et réactifs.
"






La WebTV locale d'Aix en Provence ANONYMAL TV, a consacré un beau reportage à Trets, fin 2014 en interrogeant notre maire Jean Claude Feraud sur sa politique de la ville à savoir la Restauration du centre historique, les nouveaux logements et commerces, ainsi que le développement de l'agriculture .
Plusieurs habitants ont aussi été interviewés et ce reportage de 7minutes est agrémenté de jolis plans de notre commune.







Le Producteur du festival des NUITS DE TRETS Gilles MARCOZ a accordé ce jeudi 3 juillet 2014 une interview très interressante au quotidien VAR MATIN, la voici

Pour la cinquième édition, le stade de La Gardi à Trets prendra des rythmes musicaux, à partir de ce jeudi soir, pour le festival "Les nuits de Trets". Rencontre avec Gilles Marcoz, organisateur de l'événement.
Au programme des grands noms de la chanson française comme Vincent Niclo, Christophe Maé, La rue Kétanous, Les Ogres de Barbak, mais aussi du rire avec le best ouf des Chevaliers du fiel. Rencontre avec Gilles Marcoz, organisateur des Nuits de Trets.



Les Nuits de Trets reviennent cette année pour une cinquième édition. Quelle est la particularité de ce festival ?
Vous l'avez dit, Les Nuits de Trets existent depuis cinq ans. Depuis le début nous avons voulu un festival de variétés qui touche un large public, avec de l'humour mais aussi des artistes en vogue, tout en faisant attention qu'ils ne soient pas programmés dans un festival proche de Trets.

Et la deuxième particularité des Nuits de Trets, c'est le site. Il est magique. Que ce soit les artistes ou le public, tout le monde oublie que l'on est dans un stade. On découvre un lieu avec une vue sur la Sainte-Victoire. Je pense que l'on ne peut pas rêver de mieux pour commencer l'été en chansons.


Créer un festival à Trets avec des artistes connus et reconnus c'était peut-être un pari un peu fou il y a cinq ans. Comment est né cette idée ?
C'est une volonté du maire Jean-Claude Feraud et son équipe municipale de l'époque de créer un événement sur leur commune. Nous nous sommes rencontrés et nous avons mis en place ce festival.


Est-ce facile de faire venir des artistes comme Pascal Obispo, Christophe Maé, Patricia Kaas pour ne citer qu'eux....
Pas toujours, mais c'est mon métier de décrocher des contrats depuis de nombreuses années. Je travaille avec des producteurs parisiens et pour d'autres festivals. Ce n'est pas un travail de tout repos mais c'est prenant. Il faut savoir faire face aux imprévus. Par exemple la chanteuse en vogue Tal était prévue, mais ça n'a pas pu se faire... J'aurais également rêvé d'avoir Stromae... mais il n'était pas disponible. Mais bon, ça se fera peut-être l'année prochaine ! En attendant nous avons cette année encore une belle affiche. Christophe Maé qui va de succès en succès, les célèbres Toulousains Les Chevaliers du Fiel que l'on ne présente plus, Vincent Niclo un nouveau chanteur qui accueillera en première partie un jeune artiste Gregory Bakian qui est de la région. Enfin pour ouvrir le festival les groupes La Rue Kétanous et Les Ogres de Barback nous promettent un moment très festif avec plus de 3 heures de scène ! Je pense que nous allons cette année encore vivre de très bons moments.


Justement en cinq ans, quel est votre meilleur souvenir ?
L'an dernier avec Sexion d'Assaut... c'était vraiment très fort ! Mais il y en a plein d'autres


Comment se fait la programmation ?
Nous faisons la programmation avec les élus de la ville. Toute l'année la mairie reçoit des demandes des personnes et nous essayons d'y répondre du mieux possible en tenant toutefois compte du budget


A votre avis qu'est ce qui fait le succès de ces Nuits de Trets ?
Je pense que c'est son côté éclectique. C'est un festival de variétés qui a pour vocation de passer un bon moment en famille ou entre amis. Je sens qu'il prend racine dans la région. Chaque année nous essayons de faire de mieux en mieux même si nous avons eu en cinq ans de beaux noms comme Laurent Gerra, Julien Clerc, Bernard Lavilliers, Zazie, Jamel, M Pokora, Sexion d'Assaut… c'est un petit festival, mais exceptionnel qui ne démérite pas. Et puis les artistes parlent entre eux et le festival a un très bon écho. Je sais que la chanteuse Zazie a adoré se produire ici ! Il faut aussi noter que la mairie et les associations locales mettent tout en place pour que le public soit bien accueilli. Il y a des parkings surveillés et des navettes du centre de la ville au stade. Tout est fait pour donner envie de revenir.

Propos recueillis par Emmanuelle Imbert, VAR MATIN 3/07/2014






Le site du journal culturel PACA : Zibeline a interviewé en ce mois de juin 2014 l’adjointe à la culture de Trets, Maryse Cuiffardi. L'occasion d'en apprendre un peu plus sur le pourquoi de l'absence cet été du concert de l'orchestre du pays d'Aix, ou encore sur l'avenir du château des remparts avec ses expositions et des grands évènements historiques Littéraires de Trets niveau culture.

Zibeline : Pour la première fois vous ne recevez pas cet été l’orchestre du Pays d’Aix. Est-ce un signe ?
Maryse Cuiffardi : il ne s’agit que d’un contretemps ; avec les élections les dates se sont bousculées, et lorsque nous avons émis la demande, les délais étaient passés.


Qu’il y ait encore un adjoint à la culture dans une petite ville est encourageant, souvent ce poste est oublié !
Être adjoint à la culture est toujours inconfortable, on s’inscrit souvent contre tous les autres. La culture ne leur semble jamais essentielle et pourtant c’est ce qui nous constitue. Mon rôle n’est pas un rôle de pouvoir mais d’influence.


Quel est le budget de la culture à Trets ?
Je ne peux pas vous donner une fourchette précise, seulement qu’il est dérisoire et en baisse comme tous les budgets.


Quelles implications induit la perspective de la métropole sur la vie culturelle de Trets ?
Rien n’est fait, et ce n’est pas dit qu’elle se mette en place ! 109 maires sur 119 ont voté contre. Pour le moment on ne sait rien. La métropole c’est une nébuleuse, on ne peut parler que d’impressions, celle par exemple que l’on va perdre l’identité du village et qu’aucun avantage ne va en découler. Mais nous ne disposons d’aucune information.


Quels sont les axes de la vie culturelle dans une ville située en pays d’Aix ?
Il y a un projet culturel global de la ville, avec un point fort, le château, élément essentiel du patrimoine trétsois. Nous souhaitons le rendre à tous, en faire un lieu de rencontres. D’abord, une seule grande exposition sur plusieurs mois, avec un artiste de la taille de Briata, puis une période serait proposée aux créateurs de Trets et des alentours, dans une grande exposition collective. Avec le FRAC, depuis deux ans, on a aussi instauré la «classe au château» : pendant une semaine les enfants d’une classe viennent étudier, entourés d’œuvres contemporaines qu’ils apprennent aussi à décrypter. Trois classes en bénéficient. Nous avons commencé à mettre en place des résidences d’artistes avec Levon Minassian. Le rêve serait de monter un festival de musiques du monde.

Et le festival de BD ou la journée des écrivains ?
Bien sûr ils perdurent.

Vous ne parlez pas des Nuits de Trets, de leur financement…
Là, je pose mon joker. C’est du domaine des festivités et non de la culture, je n’y ai aucun regard.


Entretien réalisé par MARYVONNE COLOMBANI , DE journalzibeline.fr
Juin 2014






Le Studio Atelier danse , l'une des écoles de danse de Trets a connu une année 2013 bien riche qui restera gravée dans son histoire puisqu'elle s'est considérablement agrandie . L'école a ainsi aujourd'hui dépassé les 300 élèves agés de 4ans aux adultes (tous ages et tous niveaux) mais "le but est de permettre aux élèves qui souhaitent apprendre la danse de pouvoir en faire, nous avons des créneaux encore disponibles" explique ainsi Nathalie CERVONI, la directrice de l'école qui a accordé un entretien au site pour présenter toutes ses évolutions au sein de son école.

Le nombre d'adhérents a lui bien progressé au fil des ans avec 48 élèves au départ en 1998, 89 la seconde année, 130 la 3e et plus de 300 depuis 5 6ans. Des membres qui en général viennent de moitié de Trets et le reste des villages alentours .





Mais si 2013 va rester une année importante pour l'école installée dans la zone de la Burlière depuis 15ans, c'est qu'elle a pu réaliser durant l'été, entre juillet et septembre 2013 de gros travaux pour doubler sa surface, passant de 120 à 260m², profitant que les locaux mitoyens se libérent. Un agrandissement qui devenait plus que necessaire au fil du temps explique la directrice :
"On était beaucoup trop à l'étroit auparavant, on avait un studio de 90m² mais on n'avait qu'un seul vestiaire qui ne faisait que 15m² et un bureau de 5m², mais recevoir 300 personnes, plus les parents ce n'étaient plus possible dans ces conditions, on n'avait pas assez de place, surtout lors de la préparation des spectacles. C'était un stress. Soit on réduisait les effectifs, soit on faisait quelque chose. Mais laisser tomber des élèves ça me faisait mal au coeur, d'autant plus que la demande était là.

Ce nouvel espace se paye plus cher puisque les charges sont multipliées par deux mais c'est la sérénité qui en ressort, on est désormais plus à l'aise, on a par exemple la place pour discuter avec les élèves. Les adhérents ne sont pas forcement plus nombreux actuellement mais ont multiplié leurs cours desormais, essayent plusieurs danses"






Désormais grace à cet agrandissement 2 cours peuvent en effet avoir lieu simultanément avec deux salles toutes équipées (une de 100m² et l'autre de 80m²), un nouveau vestiaire, nouveaux toilettes, un local et une mezzanine aménagés pour le stockage des décors et costumes etc

Le but de l'école étant de développer la danse sous toutes ses formes , proposant au total 15 disciplines : "Il faut je pense qu'à moyen terme on puisse développer de nouvelles activités car on a des créneaux encore à exploiter autant dans la danse que le bien être, comme nous l'avons fait dernièrement avec le pilate, le tao , le stretshing, le shiatsu, shi-kong recemment, il y a une clientèle qui peut etre libre dans la journée pour se faire du bien. On est cependant plus spécialisé dans la danse : modern jazz, classique, ou encore hip hop, et pourquoi pas contemporain à petite dose. On rajoute petit à petit des cours, on voit comment cela se passe. On a également des cours de danse irlandaise avec une ancienne soliste de River Danse où on a créé des cours de débutants et enfants, ça se passe très très bien. Les cours de salsa adultes, bollywood, danse africaine, danse orientale marchent bien, mais également la capoiera qui est une discipline assez mal connue. "


Dans chaque de ces disciplines chaque élève est réparti par age et niveau pour les amener aux maximum de leurs possibilités dans ces cours. Mais outre le fait d'apprendre les danses, l'important pour les formateurs c'est apprendre la culture qu'il y a derrière ces danses précise t'elle : "il y a une explication derrière, un temps de parole avec les enfants, pour leur dire par exemple d'où viennent les mouvements"



Mais outre la danse pour le plaisir, le ''Studio Atelier danse'' propose aussi à certains élèves qui ont du potentiel et le souhaitent de participer à des concours régionaux, nationaux etc en leur proposant des créneaux concours pour les pousser, les amener plus loin "La médaille n'est pas un objectif , l'objectif premier est plus le dépassement de soi , le travail accompli, donner le maximum de soi. La médaille est la récompense." Ainsi cette année l'école a présenté plusieurs élèves dans des concours et a obtenu plusieurs prix "ces récompenses rapprochent les enfants et ados, on retrouve un esprit de groupe . Car voir un médaillé c'est motivant, ça tire vers le haut "


Prochaine étape pour l'école préparer des "open class", pour la période de Paques afin de permettre aux élèves de découvrir les activités qui se passent en meme temps que leur cours. Mais il y a aussi évidemment le grand gala de fin d'année qui aura lieu comme tous les ans au Pasino d'Aix en Provence, le samedi 21 juin 2014 où beaucoup de monde est attendu comme tous les ans , puisque 850 spectateurs y assistent en général . "Ce spectacle motive les troupes, tout le monde s'investi, autant dans la couture, le tissus, le décor, peinture, l'écriture , puisque l'on travaille toujours sur une mise en scène, avec un fil conducteur qui englobe tous les groupes , ce qui fait que le spectateur se trouve emporter dans le spectacle. " . Tous les styles y seront comme chaque fois représentés.

/ 1 Commentaires








=> Liste de toutes les actualités
Vie tretsoise Agenda Municipalité Association Education Festivités Culture Médiathèque Patrimoine Travaux Economie Urbanisme Séniors Faits divers Revue de Presse Magazine Municipal Souvenirs Cinéma Télévision Interview Nature Viticulture Météo Neige Reportage Compte-Rendu Photos Vidéos Aux alentours Montagne Ste Victoire Election Polémiques Portrait Pré-MUNICIPALES 2014 Politique Le site spécial : MUNICIPALES 2014 Dossier DEPARTEMENTALES 2015

SPORT RESULTATS Foot Futsall Gym Hand Basket Muaythai Vélo Danse Judo Volley Tennis Badminton SIHVA Club ALPHA




SOMMAIRE

L'agenda de la commune Toutes les autres brèves à lire...