Sur Facebook

Rechercher sur le site

Au cinema casino

A voir cette semaine
 >  Voir les infos sur le film, et la programmation du mois

L'agenda tretsois

FETE DE ROUSSET
du Samedi 24 au Mercredi 28 Aout 2019
9e salon de la gastronomie
Samedi 31 aout
Marché & festivités de NOËL
Samedi 14 et dimanche 15 décembre 2019
›› Suite de l'agenda tretsois












  • Le Journal tretsois
  • Interview


Toutes les petites informations, de la vie du Sport à Trets avec les résultats, les affiches, les évènements, pour être encore plus informé sur ce qu'il se passe à Trets et de manière plus rapide... Si vous avez des infos, des résultats, photos à communiquer, si vous êtes au courant de quelque chose qui se déroule ou va se dérouler à Trets, envoyez dès maintenant un mail ou poster un message sur le forum, l'info sera rapidement mise en ligne ici... Merci à vous ! RSS TRETS AU COEUR DE LA PROVENCE 

Vie tretsoise Agenda Municipalité Association Education Festivités Culture Médiathèque Patrimoine Travaux Economie Urbanisme Séniors Faits divers Revue de Presse Magazine Municipal Souvenirs Cinéma Télévision Interview Nature Viticulture Météo Neige Reportage Compte-Rendu Photos Vidéos Aux alentours Montagne Ste Victoire Election Polémiques Portrait Pré-MUNICIPALES 2014 Politique Le site spécial : MUNICIPALES 2014 Dossier DEPARTEMENTALES 2015 Caroline dans Koh Lanta 18

SPORT RESULTATS Foot Futsall Gym Hand Basket Muaythai Vélo Danse Judo Volley Tennis Badminton SIHVA Club ALPHA




=> Liste de toutes les actualités



Les élections municipales auront lieu les 15 et 22 mars 2020 et les candidatures s'affinent dans ce grand scrutin qui désignera un nouveau maire pour Trets pour six ans. Si on connaissait déjà les candidatures de Jean Claude Feraud, Pascal Chauvin, qu'un 3e candidat représentera la gauche vraisemblablement Stéphanie Fayolle Sanna, puis dernièrement l'annonce de candidature d'un nouveau Pascal Pester, l'incertitude planait sur celle de l'élu d'opposition indépendant Christophe Sanna. Leader du groupe de gauche ‘’Unis pour Trets’’ en 2014, lors du départ de l'ancienne équipe au lendemain de la défaite aux élections, il avait pris la décision en décembre 2015 de quitter le groupe et de devenir indépendant. Il s'en était alors longuement expliqué dans une interview au site à l'époque.

En ce mois d'aout 2019, l'élu a choisi Trets au cœur de la Provence pour donner sa décision sur sa candidature ou non et expliquer son choix et faire par la même occasion, le bilan de ses cinq premières années en politique.

Quel est votre bilan à titre personnel de ces 4 années en tant que conseiller municipal indépendant, vu que c'était votre première expérience d'élu ?
J'ai passé cinq ans de mandat en qualité de conseiller municipal d'opposition, c'est ma première expérience en tant qu'élu, j'ai beaucoup appris, appris beaucoup de choses comme le fait que la politique est noble, et que dans sa valeur primaire il s'agit de s'engager sur un territoire qui nous fait vibrer, pour défendre la qualité de vie, et les intérêts des habitants. J'ai rencontré des personnes extraordinaires tant dans la majorité, que dans l'opposition, cette ville, quoique l'on puisse dire elle est belle, a une richesse énorme, un potentiel démesuré, des associations dynamiques et des commerces qui ne demandent qu'à travailler.

Quel bilan tirez vous du second mandat de la majorité Feraud ?
Ce que l'on peut dire c'est que son mandat est totalement raté et je pense même qu'au fond de lui il sait qu'il a totalement raté son mandat ! C'est un manque de démocratie participative, pourtant c'est la base d'un mandat. Le conseil municipal bien souvent n'est qu'une chambre d'enregistrement visant à enregistrer les décisions qui ont été déjà prises par le maire, les débats étaient devenus quasi impossible, d'ailleurs ils ne sont que trois ou quatre à parler à chaque fois. Certains élus je n'ai jamais entendu leur voix en conseil municipal. Au niveau de la gestion financière ça a été une mauvaise gestion, le dynamisme de la ville s'est éteint, le plan de circulation est devenu complètement aberrant et même ridicule. Les décisions qui ont été prises au niveau des responsables des services de la mairie n'ont fait qu'empirer les choses . C'est un bilan de mandat totalement raté.

Durant ces 3 ères années de mandat vous étiez pas mal présent sur le terrain, dans les manifestations, quasiment toujours présent en conseil, mais depuis un an et demi vous êtes devenu quasiment invisible dans Trets, vous ne réagissiez jamais dans la presse sur l'actualité contrairement à vos confrères et même sur les réseaux sociaux où on vous sens assez détaché de la vie communale, comment cela se fait il ?
Oui j'étais présent sur le terrain, au début afin de m'implanter , pour me faire connaitre , mais le temps a fait qu'au fur et à mesure mes fonctions professionnelles (mes fonctions opérationnelles au sein des pompiers) ont pris le dessus , donc du coup j'étais moins présent et je ne pouvais plus faire ce que je voulais.

Quand vous vous étiez séparé du groupe de gauche en décembre 2015, on avait déjà senti que c'était un prémisse à une candidature, y aviez vous sérieusement pensé à l'époque puis les mois qui ont suivi ? Et quelle est votre décision aujourd'hui à moins d'un an désormais... comptez vous vous présenter ?
Lorsque je me suis séparé en 2015 du groupe, j'aurais peut être pu me porter candidat, c'est même sur. Mais aujourd'hui c'est décidé, il est clair que je ne me porterais pas candidat car mes nouvelles fonctions d'officier de sapeur pompier ne me le permettent pas, car il est impossible de cumuler une activité de sapeurs pompiers avec celle de maire ou d'adjoint dans une commune de plus de 3500 habitants.

La décision a été prise quand ?
La décision a été prise il y a six mois, je suis parti faire l'école des sapeurs pompiers, six mois de formation et ça m'a pris énormément de temps, et c'est là que j'ai pris la décision de ne pas me présenter.

Aviez vous ces derniers mois commencé à préparer une équipe ou un projet ?
Oui j'avais déjà commencé à réfléchir sur la stratégie, j'avais commencé également à monter une équipe, on avait déjà bien démarré et après eux m'ont suivi dans le fait que l'on ne pourrait pas monter la liste.

Il y a 15 jours un 4e candidat s'est déclaré : Pascal Pester sous l'étiquette du Modem, mais qui compte aussi demander l'investiture LREM, le connaissiez vous, sachant qu'il était sur le meme terrain politique que vous ?
Non je ne le connais pas du tout, je ne sais pas qui c'est ! Je n'en n'avais jamais entendu parler donc je ne me prononcerai pas plus !

Comptez vous vous investir avec lui pour ces élections (ou un autre candidat), même si vous n'êtes pas candidat, pour par exemple devenir futur conseiller municipal s'il est élu ? Ou alors, arrêtez vous votre carrière politique ?
Non ma carrière politique ne s'arrête pas, car même si je ne peux pas exercer les fonctions de maire ou d'adjoint, je peux exercer quand même les fonctions de conseiller municipal ! Je discuterai donc avec tous les candidats, mais à l'heure d'aujourd'hui rien n'est figé encore , je vais prendre le temps de bien discuter avec chacun, et c'est vrai que je soutiendrai la personne qui sera le plus à même de porter un véritable projet d'intérêt communal et qui connait parfaitement la vie tretsoise et le besoin de ses habitants. Cette personne là je la soutiendrai.







C'est une très lourde et double sanction qui a été infligée au club de football de TRETS l'US TRETS mi juin par la Commission de Discipline du District de Provence. En effet selon le site Actufoot, la Commission de Discipline a sanctionné l'équipe principale de Trets qui jouait en PHA (championnat D1) cette saison, pour la première fois depuis de nombreuses années, d’une mise hors compétition . Une sanction qui était en quelque sorte attendue, avait confié à la fin de la saison son président Abdelak Daoudi, lors de l'interview qu'il avait accordé au site en mai dernier.

Ce dernier et c'est la seconde sanction a été lui et c'est la surprise frappé d’une suspension ferme de huit mois de toute fonction officielle. La cause ? Il est reproché au club provençal d’avoir exercé une fraude par usurpation d’identité en vue de faire obstacle à l’application des règlements. Les faits qui sont reprochés à l’US Trets datent du 28 avril lors du match face au FC Septèmes. L’équipe avait fait jouer un joueur en état de suspension en le faisant passer pour un autre joueur. Du coup, l’US Trets est rétrogradé et jouera en D2 la saison prochaine, championnat où elle évoluait en 2017 2018.
Au final, après avoir dominé toute la saison et enregistré cette année : 11 victoires, 5 nuls, 6 perdus dont un seul à domicile, l'équipe avait fini 5e du championnat à 4pts du leader.

Interrogé sur cette double et lourdes sanctions, le président du club ne se monte pas abattu , loin de là , le club a fait appel de ces décisions et attend le verdict. "Pour la sanction de l'équipe d'avoir fait jouer un joueur qui était suspendu, on s'y attendait, certes on ne connaissait pas bien le règlement mais on l'accepte car les sanctions on les accepte il n'y a pas de problème mais ce qui est triste c'est que le district sélectionne les infractions, par exemple qu'est ce qui est dangereux ? Faire jouer quelqu'un qui est suspendu ou de ne pas sanctionner un club qui recevait cette saison une équipe et massacre lors d'un match tous les joueurs de l'équipe adverse et l'arbitre officiel, avec intervention des pompiers , or sur le match que j'évoque le district ne sanctionne pas l'équipe car c'est un club marseillais ils en ont peur, or nous Trets on est victime d'être un petit village, mais ce n'est pas grave, j'assume les conséquences. Quand j'ai pris la présidence c'est pour les bons et mauvais moments comme là.

Concernant la sanction envers moi, je savais pertinemment qu'ils allaient essayer de s'en prendre à moi, mais en fait au lieu de m'affaiblir ils renforcent encore plus ma position, certaines personnes se demandaient si j'allais quitter la présidence, pas du tout mon role de président n'a pas été impacté loin de là, j'ai fait appel de la décision par rapport au travail des joueurs de l'équipe première, et j'ai aussi fait appel auprès de la ligue, qui est au dessus du district, car je pense qu'ils seront plus responsables et j'aurais affaire à des gens qui auront de meilleures connaissances sur le plan footballistique.

Là le district me sanctionne car en 2016 quand je suis arrivé le club était éteint, là aujourd'hui le club est encore plus rayonnant , donc je comprends que je puisse inquiéter, et pas que le district car meme les anciens membres du bureau ont quitté pour la plupart le club, ont retiré leurs enfants certains […] Moi je suis un enfant du village, je viens de la boxe, je ne connaissais pas le foot, mais je me battrais corps et âmes pour cette assoc et quand je partirais je veux qu'elle soit en bonne santé et avec de bons résultats. Là aujourd'hui j'ai cloturé la saison avec une fête du club magnifique (le 6 juillet), qui était une première, avec une cloture comme ça je ne peux être que fier de cette saison, avec mes associés et adjoints.

Ma sanction à moi m'a plus fait rire qu'autre chose, il y a eu effectivement des doutes de la part des adhérents ou autres face à cette suspension, mais en fait cette suspension c'est juste le fait de ne pas être sur les terrains pendant 8mois, mais comme j'ai fait appel cela suspend cette suspension, mais ça n'enleve pas ma place à la présidence ou au bureau de l'association. Si certains voulaient prendre ma place ils peuvent rester à leur place."
réagit il.

Le club vient par ailleurs de se doter d'un tout nouveau logo "Une nouvelle distinction pour notre club à fin de se démarquer et continuer dans notre nouvel élan !" et un nouveau jeu de maillots sponsorisé par Nike qui sera porté des débutants aux vétérans. / 1 Commentaires






Zoom sur les résultats sportifs du week end des 18 et 19 mai 2019 où seuls ceux du football sont disponibles, toujours silence radio en handball, pour le championnat de pétanque le reportage est à venir
En football donc, l'US TRETS a écrasé Rousset en U17 : 9 à 0, mais a aussi essuyé plusieurs défaites en U15 4/0 contre Les Milles, 6/0 face au Bassin Minier en u19 et 8/3 en U15 contre le Tholonet et évidemment 3/0 contre AS Mazargues en championnat PHA (voir le reportage et bilan ici)


Trets au coeur de la Provence en a profité pour interroger le président du club Abdellack Daoudi ce week end sur toutes les lourdes défaites encaissées chaque week end dont souvent des très grosses comme vous avez pu le voir chaque semaine dans différentes sections.
Il explique cela par une changement de catégories de nombreuses équipes en catégories supérieures se retrouvant donc à chaque fois avec des jeunes plus expérimentés en face "En fait on a créé deux équipes les 19ans avec des jeunes pris à droite à gauche, qui n'avaient pas le niveau on les a donc formé au fur et à mesure, le résultat là ne m'intéressait pas, ce qui m'intéressait c'est leur formation, et leur participation. L'année prochaine on va travailler sur des joueurs de niveau en mettant en place une école de foot et une académie de formation .

Concernant les U15 ils sont montés en préexcellence qui sont montés en 17ans, et donc par conséquent ceux sont les 13ans qui sont montés en u15, et malheureusement ils sont montés avec de grosses lacunes du passé entrainant alors de lourdes défaites le week end. Mais quand on voit au final les 17ans, qui aujourd'hui (ce dimanche 19 mai) à Rousset les ont battu 9 à 0 c'est cette génération qui est très bonne. Notre objectif ceux sont les 15ans, on a mis des éducateurs diplômés qui dès la rentrée vont redonner du niveau et retravailler tout ça. les U10 sont exceptionnels et les 17ans j'en suis vraiment fier, j'avais rappelé Laurent Robert qui a réintégré l'équipe en cours de saison et grâce à lui ils finissent 3e du championnat, avec eux on peut donc espérer une montée l'an prochain en excellence, ce serait alors une concrétisation énorme. Mais en fait je suis très fier de tous les jeunes, même ceux qui se prennent de lourdes défaites car ils sont présents. On a doublé l'effectif passant de 100 adhérents quand j'ai repris on en est à 180 adhérents, il y a du vrai potentiel, on a un public ."


Interrogé également sur sa première année de président, lui qui a pris les rennes du club en juillet dernier il confiera "être satisfait, c'est une grosse responsabilité , une énorme tache de travail qui demande à être présent sur toutes les catégories, je passe mes week-ends sur toutes les catégories, je ne veux négliger personne. Tant que je suis jeune le temps me le permet, je le fais. Coté bilan de ma saison on a fait des erreurs, j'ai fait des erreurs en tant que président dans ma première année mais ceux sont des erreurs qui vont me servir pour le futur et à ne pas réitérer. Mais dans l'ensemble je suis content on a un bon effectif, de bons éducateurs je suis satisfait."







Dernière journée de championnat PHA pour l'équipe principale de l'US TRETS ce dimanche 19 mai 2019 face à l'équipe de l'AS MAZARGUES stade de la gardi à domicile et malgré le froid, la grisaille des dizaines de personnes sont venues encourager les joueurs tretsois qui n'avaient plus d'objectifs à atteindre. En effet la semaine passée, avec leur nul obtenu contre le FC ETOILE HUVEAUNE ils voyaient s'envoler l'objectif de passer en régionale l'an prochain et celui d'être leader du championnat.

Après cette mauvaise passe, les hommes d'Abdelack Daoudi ont cette fois joué contre AS MAZARGUES donc et ont offert du beau jeu au public battant leurs adversaires 3/0 dont le tout dernier marqué dans les dernières secondes du match. "On n'avait pas d'enjeu sur le match on l'a donc pris avec facilité. J'ai l'impression que quand on joue plus simple, détendue on arrive à gagner . On a affronté une équipe de PHA d'un très bon niveau , on leur met 3/0 à la maison, je sais que l'on a largement la possibilité et le niveau de faire mieux." commente le coach.

Abdelack Daoudi s'est ensuite confié sur cette belle saison des séniors de l'équipe principale où le club a dominé le championnat pour leur retour en PHA après des années d'absence : "On a loupé la montée cette saison car on a eu des points de pénalité sur des joueurs qui étaient suspendus, que l'on a fait jouer et malheureusement le district nous pénalise. Pour expliquer concrètement, on a eu des joueurs qui ont pris des cartons jaunes, qui devaient donc purger un match suspendu.
Or on en a fait jouer quelques uns, sans le savoir sur le match en question car le district ne nous l'a pas signalé et au final ça les a arrangé car derrière ils nous ont sanctionné et enlever 3 points , et vont encore nous en enlever. Cela fait six, or sans ces points enlevés on serait premiers du classement aujourd'hui. Nous enlever 6 points c'est horrible et injuste. Là j'ai même l'impression qu'ils veulent carrément nous faire descendre d'une division inférieure sans motif valable, on attend le verdict de la commission. En fait j'ai l'impression que le district choisit les équipes qu'il souhaite faire monter et vu que nous sommes un petit village , qui fait du bruit avec quatre montées d'affilée, plus celle ci qui devait se faire donc la 5e....



Quand on voit le score que l'on obtient ce dimanche ca montre que l'on est largement favori dans le championnat cette saison, on a été premier toute l'année et à la fin on nous pénalise on nous enlevant des points.

Mon bilan de la saison (11 victoires, 5 nuls, 6 perdus dont un seul à domicile) est très très positif par rapport aux joueurs et résultats, le seul soucis c'est le district, on n'était pas très bien coté chez eux par rapport à l'ancienneté du club donc ils préfèrent faire monter des clubs marseillais qui sont à coté. Et quand ils voient qu'un petit club comme le notre fait 4montées ca choque tout le monde, mais c'est pas grave on a fait des erreurs, on en est conscient , on va faire attention de ne pas réitérer les mêmes erreurs et quoiqu'il se passe on reviendra plus fort que cette année. Je suis positif pour l'an prochain, où on aura quelques départs, des arrivées dans l'équipe mais le noyau dur de l'équipe restera. On va faire une très belle préparation cet été et tout faire pour redonner une belle image au club.

Cependant si on a raté cette montée tant mieux , car financièrement et en terme de structure le club n'était pas près, il faut savoir qu'en régionales pour se rendre chaque week-end à Monaco ou Avignon par exemple et sans avoir une base solide on ne peut pas se permettre d'aller en ligue car je vous donne un exemple pour jouer en ligue par mois c'est 2500€ en ligue régionale (soit 25 000€ dans l'année sur dix mois) . C'est énorme quand on voit notre budget et notre subvention , même si elle a augmenté grâce à monsieur le maire, ainsi que celle des autres associations, mais on va dire que l'on est à notre place, on est venu chatouiller tout le monde en haut en étant premier toute la saison."
analyse t'il














En 2010, une des associations les plus anciennes de Trets fêtait déjà son cinquantenaire ! Il s'agit des Amis de Saint Jean du Puy, un groupe de bénévoles qui se charge d'entretenir le site si cher au cœur des tretsois : l'Hermitage de Saint Jean du Puy. C'est en effet le 1er novembre 1960 à 18h qu'est née l'association, lors d'un rassemblement en mairie de Trets des membres qui tenaient la buvette de l'Hermitage depuis plusieurs années (1954 55 environ et dont beaucoup travaillaient en mairie) déjà pour le compte du Syndicat d'initiative de la commune. Le but est alors simple et écrit officiellement : "l'association sera chargée de la gérance de la buvette et de l'entretien des bâtiments du site", situé route de Kirbon et surplombant la commune.
Parmi ces membres ce jour là des tretsois bien connus qui nous ont hélas quitté comme Jean Maunier alors garde champêtre, qui sera nommé président ou encore Léon Baille agriculteur et Roger Burles qui seront désignés Vice Président . Yvon Peire agent communal sera nommé trésorier et Salle Paul : secrétaire. Le siège de ce qui était appelé à l'époque "une société" sera basé en mairie.

Quelques années plus tard, Léon Baille (Photo de droite) qui a consacré quasiment toute sa vie au lieu, en deviendra le second président jusqu'en 1994 pour raison de santé, un nouveau président sera alors désigné en la présence d'Alain Guiony, toujours président aujourd'hui, avec une mission identique à ses débuts : "donner aux randonneurs le meilleur du site de St Jean du Puy". Entré dans l'association en 1981, il a toujours donné de son temps à l'Hermitage et a secondé Léon Baille pendant de nombreuses années. Léon qui lui décèdera le 15 Janvier 1997.
Une convention sera signée le 23 Mai 1997 entre la mairie et l'association pour établir les droits de chacun concernant la conservation de l'Hermitage, car à l'époque tout était oral "à la main" !


Depuis de sa création le but de ces bénévoles et passionnés n'a pas changé : la sauvegarde, la restauration et l'entretien du site, en y faisant de nombreux travaux : peinture, réfection d'enduis, propreté, débroussaillage, réparations, plantations d'arbres, d'arbustes, carrelage qu'ils financent tout eux même, sauf en cas de gros travaux où là c'est la mairie qui finance ou participe aux coûts... "Nous essayons de tout refaire à l'ancienne" précise Mr Guiony. Chaque week end des groupes de bénévoles de l'association s'occupent donc des gardes , de la buvette, de l'accueil des visiteurs..

Mais il faut noter que l'association n'a pas de subventions ses ressources viennent de la buvette, des dons effectués par les visiteurs du refuge etc... "Nous comptons trois types de personnes dans l'association" précise le président actuel Alain Guiony "nous avons des gens qui ne font que la garde car ils aiment parler aux gens, d'autres volontaires pour réaliser les travaux et enfin ceux qui font tout. On est près d'une trentaine aujourd'hui, un nombre qui stagne depuis longtemps, mais on a jamais été une grosse association". Ainsi en ce printemps 2010 ils sont 15 à faire les gardes le week end. "Mais les gens ne voient pas en fait tout ce que l'on fait, ne se rendent pas compte de notre travail, ils ne savent pas que c'est une association de bénévoles" regrette t'il.

Mais en plus de l'entretenir, les bénévoles font aussi vivre le site depuis très longtemps en y organisant des fêtes, puisque chaque premier mai un grand pèlerinage est organisé sur le site avec messe, danses , concerts champêtres, pique nique, un grand moment de convivialité que les tretsois apprécient beaucoup et s'y rendent par milliers chaque année. Des festivités qui se sont par ailleurs développées depuis une quinzaine d'années d'ailleurs. Mais il y a plusieurs dizaines d'années il y avait également d'autres festivités au printemps qui permettaient de réunir la population dans ce lieu comme à Pâque, la St Jean.

Dans les gros travaux durant ce cinquantenaire on retiendra ainsi la restauration qui fut entreprise en 1954 sur la buvette, la chapelle... De nombreux arbres furent planter dans les années 50 pour permettre le reboisement du site, suite à deux incendies l'un en 1938 et l'autre pendant la guerre en février 1942. En 1975 c'est la réfection d'enduis, restauration de la cuisine qui sont réalisées. Puis depuis dix ans c'est la toiture de la chapelle qui sera refaites avec l'aide d'une grue dès le 9 Mai 2000 ou encore dès le mois d'Octobre 2007 : Travaux de rénovation de la toiture de la buvette...


Un gros changement interviendra en 1980 puisque la préfecture décidera de la Fermeture du site au public l'été pour cause de circulation interdite dans les forets ; en raison des risques d'incendies. Cela permet ainsi à la végétation de se reposer, mais aussi aux bénévoles, car les saisons de printemps et d'automne sont chargées niveau fréquentation par de nombreux randonneurs. Mais cela n'évitera hélas pas de gros feux de menacer le site, comme ce fut le cas dans les années 40, puis le 26 Juillet 1984, une partie du site sera ravagé par un incendie parti dans l'après midi entre Trets et Peynier (quartier Ste Barbe), après s'être calmé en fin de soirée, le feu reprendra le lendemain 27 avec l'aide du vent, et monta alors jusqu'à la poubelle et le cabinet sous la maison communale. L'Hermitage fut heureusement ce jour là épargné grâce à l'aide des canadairs.
Rebelote ensuite le 1er Aout 1989 avec le terrible feu du Mont Aurélien (voir dossier spécial) qui s'arrêtera à 500mètres à peine de l'Hermitage. Un sauvetage du site du au travail de débroussaillage effectué par les bénévoles de l'association. Mais le feu ne sera pas le pire ennemi du site puisqu'il y aura la foudre aussi . En effet le 17 Janvier 1999 le clocheton qui domine la vallée est foudroyée par la foudre, causant de gros dégâts avec des murs éventrés, barreaudage arraché, toiture soulevée, corps du bâtiment fissuré et l'assise de roche a elle explosé. Un événement qui s'était déjà produit 200ans auparavant le 16 Novembre 1779 d'après les archives.



Mais hélas tout ce travail, ces efforts sont malheureusement gâchés par le vandalisme des visiteurs, de voyous qui ont ainsi saccagé les lieux plusieurs fois en 50ans, comme par exemple il y a deux ans avec le vol des matériaux de la toiture et son saccage, mais il y a eu aussi durant ces années le vol de statues, d'objets décoratifs, d'arbres, de nombreuses dégradations qui furent effectuées etc. , et à chaque fois la gendarmerie sera saisie par l'association qui portera plainte. "Depuis l'été 2009 nous en sommes déjà à 5 vols" expliquera Mr Guiony. Mais dans les très mauvais souvenirs il y a aussi cette triste affaire au début des années 90, lorsque de jeunes scouts irresponsables avaient allumé le feu dans la cheminée de la chapelle avec de l'essence, provoquant une explosion et brulant gravement plusieurs jeunes, cela causera alors de gros ennuis judiciaires à l'association et au maire de l'époque.

Heureusement le président de l'association gardent de très bons souvenirs de ces années "Chaque dimanche est un excellent souvenir, de voir les gens qui trouvent que le site est très bien entretenu, que le site soit apprécié, de voir qu'ils sont contents, on fait des connaissances etc... Ce coté humain est très important pour nous, d'ailleurs les gens aiment savoir l'historique des lieux" . C'est d'ailleurs par une visite sur le site en 1980 et sa rencontre avec Léon Baille, que Mr Guiony tombera amoureux du site puis de Trets, et emménagera alors sur la commune, en devenant rapidement membre de l'association dans laquelle il s'investira beaucoup. Mais le 1er mai est aussi une belle journée pour lui et ses bénévoles. "Du moment que tout le monde respecte le site, le travail que l'on fait tout le monde est le bienvenu, mais on est hélas déçu par certaines personnes qui ne respectent pas"






Parmi les autres dates marquantes de ce cinquantenaire on retiendra aussi :
1938 : Léon Baille se lance dans la sauvegarde de ce site.

3 Mai 1942 : Plantation du cèdre proche de la Chapelle et poème gravé par Léon sur la roche sous la Chapelle côté St Zacharie.
1954 : Premiers travaux de sauvegarde effectués par un groupe de personnes autour de Léon Baille sous l’égide du syndicat d’initiative de Trets.
1er mai 1977 : Mise à disposition de la grande salle derrière la buvette. Deux années de travaux pour transformer une ruine de quatre murs en salle.

1er mai 1985 : Pour la première fois un archevêque préside l’office religieux. Monseigneur Panafieu était à cette époque archevêque du diocèse Aix-Arles.
1er mai 1987 : Inauguration du porche d’entrée de l’ermitage et de la table d’orientation proche du clocheton. Porche construit par les Compagnons Passants Maçons du Devoir et la table par l’Institut des Invalides de la Légion Etrangère de Puyloubier.
1er mai 1992 : Les archevêques des trois diocèses contigus à st Jean sont présents au pèlerinage :
Monseigneur Coffy pour Marseille, Monseigneur Madec pour Toulon et Monseigneur Panafieu pour Aix-Arles
Cette année là le reliquaire de Saint Jean est monté à l’ermitage pour la première fois depuis le 3 mai 1942 (bénédiction des vers gravés par Léon dans la pierre au sud de la chapelle).

1er Mai 1994 : Inauguration du refuge Léon Baille, ce refuge est constitué de deux pièces qui sont à l'arrière de la chapelle et ouverte toute l'année aux pèlerins et randonneurs de passage.
1995 : Tournage de l'émission Midi Méditerranée de France 3, sur le site et interviews des responsables dans un beau reportage sur l'Hermitage
26 Avril 2000 : Mise en place de la croix du jubilé à l'endroit de l'ancienne carrière de marbre, bénédiction le 1er Mai
1er mai 2000 : Bénédiction de la Croix du jubilé an 2000 par Monseigneur Fiedt, archevêque d’Aix-Arles en présence d’un grand nombre d’élus de Trets et des communes avoisinantes. La chapelle est fermée pour cause de travaux de réfection de la toiture.
7 Décembre 2002 : Illumination du clocheton dans le cadre du Téléthon par les Mainteneurs des feux de la St Jean.
1er mai 2003 : Inauguration de la nouvelle table d’orientation toujours réalisée par l’IILE de Puyloubier en remplacement de la précédente dégradée.


=> Présentation détaillée, historique de Saint Jean du Puy

/ 5 Commentaires






Le 30 novembre dernier, JEAN CLAUDE FERAUD maire de Trets s'est mis dans la peau d'un guide touristique et historien en présentant notre commune au micro de FRANCE BLEU PROVENCE dans l'émission ''La vie en bleu - en balade à... ''.
Il parlera ainsi du passé de Trets, des vignes, l'origine du nom de Trets, du développement du village, la réhabilitation du centre ancien, l'église, et enfin de la gare de Trets mais hélas le replay a coupé à ce moment là très interressant.

Voici son passage dans l'émission monté les pubs et chansons en moins








Présenté en aout dernier aux commerçants lors d'une réunion de l'association "Les Vitrines de Trets", un mois après avoir obtenu l'avis favorable de la commission départementale d'aménagement des Bouches du Rhône (CDAC) le nouveau CARREFOUR de Trets en version agrandie, subissait une énorme douche froide le 8 novembre 2018, lorsque la Commission nationale d'aménagement commercial (CNAC) (l'instance de recours des décisions et avis des commissions départementales d'aménagement commercial (CDAC)) donnait un avis DEFAVORABLE à ce projet.

La CNAC avait été saisie par un recours de l'association En toute franchise et quelques commerçants tretsois (peu nombreux) et de St Maximin (sic!) opposés au projet. Un avis qui par conséquent interdisait au maire d'instruire le permis de construire du magasin. Un agrandissement qui consistait pour rappel à la création d'un ensemble commercial d'une surface totale de vente de 7 540 m2 compose d'un hypermarché « CARREFOUR » de 6 000 m2 (2 fois celui actuel), et d'une galerie marchande de six boutiques, totalisant 900 m2 (252 m2, 108 m2, 112,5m2, 112,5 m2,135 m2 et 180 m2) et d'une moyenne surface non alimentaire de 640 m2 sur le parking, et de creation d'un point DRIVE de 4 pistes de ravitaillement et de 66 m2 d'emprise au sol, a Trets. (Revoir la présentation détaillée du projet ici)

Un avis qui a malheureusement des conséquences énormes sur le projet global de la Burlière puisque les rares grandes enseignes commerciales qui comptaient s'implanter à Trets dans cette zone, souhaiteraient se désister désormais, puisque Carrefour était un booster pour elles, sans cet hypermarché l'affluence sera donc moindre et leur investissement ne serait du coup viable économiquement. A savoir que sur les 15 recours déposés contre ce projet, 9 commerçants ont fait savoir par lettre à la commission qu'ils se désistaient du recours au mois d'octobre. Aucun de ceux qui ont fait un recours n'était présent à la réunion d'aout.
L'avis détaillé de la commission a été communiqué en décembre dernier à l'association En toute franchise et au promoteur du Carrefour, puisque ce magasin sera géré en franchise, Mr Bracchi le porteur du projet pour la société SAS 3B INVEST a accepté de revenir sur cet avis négatif, d'expliquer comment s'était passé cette commission et ce qu'il comptait faire, en accordant mi décembre, entre deux réunions avec la Semepa (qui gère la zone) et Carrefour, une interview à Trets au cœur de la Provence.

=> Présentation détaillée de CARREFOUR

=> Dossier de la matinale de FRANCE BLEU PROVENCE
=> Reportage FRANCE3
=> Article LA PROVENCE Aout 2018
=> Carrefour retoqué : Article LA PROVENCE Novembre 2018

Sa réaction sur cet avis défavorable
"Pour moi cet avis est ubuesque, car pour nous tous les points avancés par la commission pour refuser le projet ne sont pas valables, il y en a absolument aucun qui ne sont valables. Certains petits commerçants se sont laissés embarquer par l'association En toute franchise or en fait beaucoup étaient pour ce centre commercial, beaucoup se sont désistés j'ai reçu des lettres. On avait pour ce projet l'avis favorable du commissaire du gouvernement qui a instruit ce dossier pendant deux mois qui elle aussi ne comprend pas, on avait aussi l'avis favorable du ministère du commerce.

Lors de la commission nationale, le maire de Trets Jean Claude Feraud était venu avec moi soutenir le projet, il a été entendu par la commission, a parlé un bon quart d'heure a expliqué le fonctionnement de sa ville, qu'il voulait une croissance économique commerciale et démographique raisonnable et raisonnée qui tournaient autour de trois pôles : le centre avec ses commerces, la zone René Cassin et la Burlière expliquant que s'il manquait un des 3 points le développement de la ville serait anarchique , expliquant qu'il protégeait le petit commerce, doublant le parking de la gare, avait mis en place la zone bleue, avait interdit le changement de destination de commerces vides pour les transformer en logements, il a fait un exposé très bien, félicité par le président, moi aussi je connaissais le dossier par cœur je me suis longuement exprimé.
Il faut aussi savoir qu'entre les deux commissions CDAC et CNAC on avait remodelé le dossier, car le rapporteur du gouvernement nous avait fait refaire quelques études : trafic routier, étude d'impact etc. De plus ce que je ne comprend pas c'est que l'on a eu des élus locaux et régionaux qui ont tout voté à l'unanimité pour ce projet en CDAC et là on nous le refuse. Aller à ce point là contre les élus vu le cout des études c'est bizarre."



Sa réaction sur les différents "Considérants" de la commission :

► "CONSIDERANT que l'extension, par rapport au « CARREFOUR MARKET » et sa galerie marchande actuels, est de près de 5 000 m2 dans une commune qui compte moins de 15 000 habitants ; que si la zone de chalandise a été définie de manière très étendue, le projet présente néanmoins un caractère disproportionné par rapport a cet environnement et représente, du fait de son ampleur, de sa composition et de l'attractivité qu'il va générer, un risque pour la survie du tissu commercial de centre-ville des communes avoisinantes !"

Sa réponse : "Quand on voit le projet accordé à St Maximin avec le doublement de l'Hyper U on ne comprend pas du tout vu la surface commerciale qu'il y aura là bas et le nombre d'habitants, comparé à Trets avec 7000m² et un objectif d'habitants à 15 000habitants après la zac Cassin. Concernant la surface de vente, cela vient d'une étude de marché , réalisée par des bureaux d'études professionnels en application de la Loi Alur par rapport au bassin d'habitations de ménage dans un rayon de 20min en voiture . Je sais qu'En toute franchise a joué sur les mots concernant l'agrandissement de la galerie commerciale qui passe de 200 à 1000m²; mais à un magasin près on est identique à celle actuelle. Seulement les commerces actuels vivotent , j'avais des attestations dans ce sens, mais ils ne les ont pas regardé à la commission, attestations où les commerçants actuels demandaient de passer de 30/50m² à des commerces de 150 200m² s'ils veulent survivre. On n'a pas fait de galerie commerciale démesurée.
C'est un considérant très subjectif selon moi, on a aucune indication sur le nombre de mètre carré."


►"CONSIDERANT que, même si les espaces verts couvrent 6 329 m2, cette surface ne représente que 20,61% de l'emprise foncière ; que l'imperméabilisation générée par le projet, dont la surface de plancher est de 12 788 m2, et dont le parc de stationnement compte 4 650 m2 imperméabilisés et seulement 90 places perméables sur 287, reste excessive et ne répond pas aux impératifs légaux de consommation économe de l 'espace et de qualité environnementale"

Sa réponse : "Pour moi il y a une loi , or nous on est au dessus du taux d'espace vert fixé par la loi, concernant l'imperméabilité des sols elle est prévue dans la loi sur l'eau on a fait des places de parkings perméables en matériaux drainants, On a fait en plus un parking sous la dalle du magasin puisque l'on est en demi étage. Pour les 300 places dehors c'est par ratio de la loi.
On nous a dit que l'on imperméabilisait les sols de surfaces agricoles or j'ai répondu que c'était une ZAC, où tout avait déjà été créé avec l'éclairage public, les routes, trottoirs etc. qui existent déjà, ce n'est pas de mon ressort cela a été fait par la communauté.
 C'est notre intérêt de faire quelque chose d'environnemental , on ne va pas faire un magasin tout bétonné, le magasin est pas mal je pense si on regarde les photos maquettes."



►"CONSIDERANT que la zone d'implantation du projet est inondable ; que les mesures proposées pour remédier à ce risque n'éliminent pas toutes les incertitudes qui subsistent concernant la sécurité des consommateurs"
Sa réponse : "Pour moi dire cela c'est juste incroyable, car on a eu une loi sur l'eau de la communauté CPA SEMEPA , une faites aussi par moi même et le feu vert du SABA qui est la bible en matière d'innondabilité, ce point de plus n'a jamais été soulevé par personne auparavant, en ayant le feu vert du SABA on ne voit pas pourquoi on nous reproche cela. "



►"CONSIDERANT qu'en matière de développement durable, le projet est peu fait appel aux énergies renouvelables ; que seuls, 650 m2 de panneaux photovoltaïques seront installes ; que sur ce point également, le projet ne répond pas de manière satisfaisante aux exigences légales de qualité environnementale"

Sa réponse :  "Concernant le photovoltaïque la loi en demande 0, or on en a mis 650m² dans le projet, sur l'isolation thermique du bâtiment on est 30% au dessus du taux fixé et on a fait une toiture végétalisée ."



Quel avenir pour ce projet, que compte t'il faire désormais ?
"Il y a plusieurs options qui s'offrent à nous aujourd'hui car désormais est rentrée en compte la loi logement de 2018, ou loi Elan, donc on ne sera plus sur la loi ALUR. On a ainsi comme possibilité la Cour d'appel administrative si on a alors gain de cause par cette cour on repasse en CNAC, mais ils ne pourront plus avancer les mêmes considérants qu'ils ont présenté là. Sinon on a peut être dans le cadre de la Loi Elan, la possibilité de refaire une CNAC directement en modifiant quelques points : espace verts, photovoltaïques, surfaces du magasin etc. par exemple. Mais honnêtement c'est compliqué et frustrant. Evidemment le but est de recommencer, En toute franchise va surement nous guetter mais les commerçants de Trets seront désormais plus avisés et informés.
Je suis totalement incapable de dire de combien de temps cela va retarder le projet , le tribunal administratif / Cour d'appel c'est 10/15mois, si on a l'autorisation de repasser en CNAC ce sera 4 5mois je pense"



Quelles conséquences actuelles ?
"On a eu une réunion avec la Semepa et sans Carrefour la zone risque de mourir , tout le monde ira faire ses achats à St Maximin car on trouve tout sur place et Trets deviendra un désert commercial. Après cet avis négatif plusieurs nouvelles enseignes commerciales importantes qui devaient venir dans la zone, ne cessent de m'appeler car certaines veulent se désister du coup , Carrefour devant attirer les clients dans la zone, du coup tout le monde se pose la question actuellement. C'est vraiment dommage car commercialement et économiquement la ville de Trets va en patir et souffrir car aujourd'hui pour la moindre chose les gens vont à St Maximin."









Les Estivales de l’Immobilier et de l’Aménagement se sont déroulées pendant 3 jours les 14, 15 et 16 septembre 2018 à Aix en Provence à la Rotonde. A cette occasion un plateau radio était installé animé par les équipes de Radio Immo en collaboration avec les journalistes de TPBM et Les Nouvelles Publications. Notre maire Jean Claude Feraud et Patrice Amate, président de la société immobilière de Trets qui ont été interrogés vendredi 14.

Le maire y parlera urbanisme, des zones Cassin et Burlière, du transport, du fait d'être maire d'une commune, et de dire "je pense que je serai toujours candidat" concernant les municipales de 2020, avant de parler métropole. Le directeur d'agence immobilière de Trets parlera lui de son métier de la vie immobilière à Trets.






Voilà une semaine que la polémique sur les enfants privés de repas à la cantine scolaire les deux premiers jours de rentrée scolaire (où les enfants qui ne figuraient pas sur les listes ont reçu deux tartines, un fromage à tartiner et une pomme) a éclaté.

Ce mardi 11 Septembre 2018, la médiatisation de l'affaire s'est amplifiée avec un article sur France infos et RFM (qui reprenaient les articles déjà existants) mais surtout l'ouverture du JT de 18h de FRANCE BLEU PROVENCE avec l'interview de la présidente de l'association de parents d'élèves. "Les dames de service étaient au bord des larmes, raconte Lisa Le Pann-Gouriten. Elles ont obéit aux ordres et elles n'avaient pas le choix. Je ne veux pas savoir si la mairie a tort ou a raison. Ces enfants se sont retrouvés au milieu de leurs petits camarades avec une assiette différente parce qu'ils n'étaient pas à jour. Il faut réagir, on ne peut faire ça à des enfants".

A l'école Victor Hugo, le directeur refuse de commenter cette affaire. Le personnel de la cantine garde également le silence précise la radio sur son site internet.
Un journaliste de la radio était en effet venu à Trets vendredi 7 devant les écoles pour interroger les parents et le maire. Ces interviews ne devraient donc pas tarder à être diffusées à l'antenne.

La municipalité explique que les parents devaient confirmer les inscriptions de leurs enfants à la cantine avant le 31 mai 2018. Les retardataires auraient été contactés par téléphone. "Il faut bien un jour essayer de régulariser les choses, affirme le maire LR Jean-Claude Féraud. Ces enfants étaient là, on les a nourris. Mais la première chose quand on fait des enfants, c'est de s'en occuper", puis fait son méa-culpa (ce que les parents demandaient d'après les commentaires sur les réseaux sociaux) "Il est hors de question que ça se reproduise, promet-t-il. C'est une mesure discriminatoire que je regrette" explique t'il à France Bleu.

Un dossier qui pourrait se terminer ce mercredi 12 septembre puisque l'association de parents d'élèves ATPE organise un rassemblement devant la Mairie de 10h à midi "À vos banderoles, slogans, tee-shirt customisés ! Parlez-en autour de vous" précise t'elle sur facebook. Lors de ce rassemblement, le maire aurait déjà prévu de rencontrer les parents et les agents de la cantine.

A suivre donc, avec les autres itws si elles sont diffusées….


=> Relire l'article de mardi 4 : Plusieurs enfants privés de cantine le jour de la rentrée
=> Relire l'article de ce vendredi 7 Septembre : Un silence qui ne passe pas pour les parents, 1ère explication de la mairie
=> Vendredi 7 : Le maire réagit dans un tract




LA PROVENCE DE CE MERCREDI 12 SEPTEMBRE








En ce mois d'aout 2018, un gros dossier anime l'actualité de Trets et interresse beaucoup les médias : l'agrandissement de la zone de la Burlière(Présentation ici) et surtout celui de CARREFOUR qui va doubler de superficie. Après FRANCE 3 qui a consacré un reportage télé dans le 19 20 mardi dernier 8 aout, cette fois c'est FRANCE BLEU PROVENCE qui y a consacré sa matinale ce mardi 14 aout 2018 avec l'interview à 7h dans le journal de la présidente de l'association de commerçants "En toute franchise" qui conteste et va attaquer ce projet, puis dans le journal de 8h un reportage enregistré mercredi dernier, où de nombreux commerçants sont interrogés dont la boulangère avenue Mirabeau, Fred le coiffeur d'Esquiros, des tretsois etc. Enfin à 7h50 Jean Claude Feraud le maire était invité de la rédaction, pendant 6min pour parler de cette zone et d'autres sujets d'actualités (la suite à écouter ici).
Voici tous ces reportages et itws compilées dans la vidéo ci contre...

Etonnement La Provence est le seul médias local à ne pas avoir encore parlé du dossier.

DEMAIN le site vous présentera en détails ce gros projet commercial de Carrefour dans un gros article

À Trets, un projet de centre commercial fait grincer les dents des petits commerçants
Un grand complexe doit voir le jour près de Trets (Bouches-du-Rhône). Le centre commercial, avec sa galerie marchande, doublera de volume pour atteindre les 7.500 mètres carrés dans la zone commerciale de La Burlière. Les petits commerçants craignent cette concurrence.

Dans la rue principale du centre-ville de Trets, beaucoup de commerces ont les rideaux baissés. Mireille, boulangère, a perdu plus de la moitié de son chiffre d'affaire en 18 ans. Elle pense qu'un plus grand centre commercial ne fera qu'empirer la situation. C'est "la mort du village", lâche-t-elle. Elle se souvient d'une librairie, juste à côté de son commerce, qui a fait faillite il y a quelques années. La quinquagénaire soupire : "Les gens partent au fur et à mesure..."
7.500 mètres carrés et une galerie marchande

La commission départementale d’aménagement commercial a donné son accord pour l'agrandissement du centre commercial de la Bourlière. Mais dans cette ville de 11.000 habitants, ils sont encore nombreux à préférer faire leurs courses en ville. "Boulangerie, boucherie, primeur, pour moi c'est primordial", assure une Tretsoise. Une autre habitante dit aussi préférer le marché, pour "manger autrement".

En toute franchise, une association qui défend les artisans et commerçants se bat contre le projet d'agrandissement du Carrefour. Pour Marie Donette, sa présidente, le projet est tout simplement "archaïque" : "À chaque fois qu'on donne une autorisation de grande surface, explique-t-elle, on a plus de 30 ou 40 magasins qui ferment."

De son côté le maire de la ville, Jean-Claude Féraud, estime le projet "nécessaire etc créateur d'emploi". Pour lui, les habitants se voient obligés d'aller vers Saint-Maximin faute d'offre qui corresponde à leurs besoins à Trets.
lundi 13 août 2018 à 21:20 Par Sarah Nedjar, France Bleu Provence






A l'occasion du dossier spécial de la matinale de FRANCE BLEU PROVENCE qui y a consacré ce mardi 14 aout 2018 un gros dossier à l'agrandissement de la zone de la Burlière et surtout celui de CARREFOUR qui va doubler de superficie, le maire Jean Claude Feraud était invité de la rédaction à 7h50, pendant 6min pour parler de cette zone et d'autres sujets d'actualités.

Outre la zone (voir l'interview ici), le premier magistrat en a profité pour pousser un coup de gueule suite à ce qu'il s'est passé dimanche 12 aout. Dans la nuit de samedi à dimanche, la commune a du héberger en urgence dans la salle des colombes, qui avait été réquisitionnée, 42 ressortissants marocains victimes d'un accident de car sur l'autoroute près de l'aire de Rousset. Le soucis c'est que la mairie qui a du gérer toutes ces victimes pendant plus de 24h, s'est retrouvée toute seule, le car de remplacement ne venant pas et la préfecture les laissant tomber; a expliqué en colère le maire au micro de la radio.

Il a ensuite été interrogé sur un autre dossier qui anime l'actualité depuis juillet 2017 : l'affaire des tags mais aussi sur sa candidature aux élections de 2020.






Dans une semaine, samedi 19 et dimanche 20 mai 2018, la confrérie Saint Eloi et le Cellier Lou Bassaquet organiseront le 5e Sentier vigneron gourmand, qui est déjà complet. Pour promouvoir la manifestation un des vignerons du Cellier : Thomas CHAULLIER, était invité de l'émission de la télé locale PROVENCE AZUR TV, "C'est le Sud", mardi 8 mai 2018 .









=> Liste de toutes les actualités
Vie tretsoise Agenda Municipalité Association Education Festivités Culture Médiathèque Patrimoine Travaux Economie Urbanisme Séniors Faits divers Revue de Presse Magazine Municipal Souvenirs Cinéma Télévision Interview Nature Viticulture Météo Neige Reportage Compte-Rendu Photos Vidéos Aux alentours Montagne Ste Victoire Election Polémiques Portrait Pré-MUNICIPALES 2014 Politique Le site spécial : MUNICIPALES 2014 Dossier DEPARTEMENTALES 2015 Caroline dans Koh Lanta 18

SPORT RESULTATS Foot Futsall Gym Hand Basket Muaythai Vélo Danse Judo Volley Tennis Badminton SIHVA Club ALPHA




SOMMAIRE

L'agenda de la commune Toutes les autres brèves à lire...