Par les villages 2010

Pour la 3e année, la ville a reçu le festival itinérant du Pays d'Aix "Par les villages",  la tournée culturelle de la CPA. Après avoir fait étape deux jours l'an passé sur le thème de Picasso et 3 spectacles, cette année 2010 les tretsois ont eu la chance d'assister à pas moins de cinq représentations gratuites sur trois jours les vendredi 19, samedi 20 et dimanche 21 novembre 2010, données par des compagnies amateurs et professionnelles du Pays d'Aix.

Pour l'occasion la salle des colombes avait une fois de plus été transformée en vraie salle de spectacle, avec tribune, rideaux, chaises, projecteurs etc attirant au total plus de 450 spectateurs lors de la manifestation, soit une moyenne un peu plus basse que l'an passé, qui s'explique par le fait que les spectacles étaient moins grand public, que ceux sur Picasso en 2009.

En effet le thème général de la majorité de ces spectacles était bizarrement très grave cette année, peu accessibles au "grand public", puisqu'ils traitaient de la maltraitance des enfants, de drame familial ou alors une pièce de théatre très particulière... Heureusement pour compenser, à l'inverse, le spectacle pour la jeunesse a lui cartonné et fut divertissant, affichant au passage le meilleur chiffre de fréquentation depuis longtemps, pour ce genre à Trets et le spectacle final, un cabaret, fut bien plus joyeux.

* THEATRE : "Si ce n'est toi"
* ENFANTS : "De retour chez Grispari"
* CREATION : "Enfant j'étais"
* THEATRE : "Trio de Kado Kotzer"
* CABARET : "Sens et non sens – éloge de la chanson délirante"

 

 

 

 

Atmosphère particulière avec "Si ce n'est toi"

C'est d'une manière très spéciale qu'a démarré le festival Par les villages, cette année, puisque la pièce de théâtre présentée Vendredi 19 novembre à 20H35 salle des Colombes était très particulière... « Si ce n’est toi » c'est son titre est une oeuvre d’Edward Bond, donnée par la compagnie professionnelle La variante et mise en scène et interprétée par Michel Ducros, Valérie Hernandez et Yann Le Corre. Dans un décor très simpliste, une ambiance lugubre, ressemblant un peu à un hôpital psychiatrique avec ses couleurs sombres, tristes, ses néons en éclairage, des comédiens vêtus de couleurs identiques, la pièce présentée était très déroutante, bref il fallait aimer ce style...

Malgré tout une soixantaine de spectateurs avaient fait le déplacement pour venir la regarder, mais certains n'ont pas réussi à rentrer dedans et sont vite partis.
Une pièce avec une histoire présentée ainsi : "2077. Dans une société où le passé et les liens familiaux seraient interdits : que resterait-il des humains? "Si ce n'est toi" pourrait être un vaudeville avec le schéma classique deux hommes, une femme. Seulement, entre le mari et la femme, ce n'est pas l'amant qui vient s'immiscer mais le frère (qui est un clochard)."

Les jeunes affluent dans l'univers de Grispari

Samedi 20 novembre 2010, le premier spectacle de la journée fut donné au casino cinéma, sur les trois au programme était destiné aux enfants et ils ont été nombreux à s'y presser, très nombreux même. En effet plus de 170 personnes dont en majorité des enfants sont venus assister à 16h40 à la représentation du spectacle intitulé : "De retour chez Gripari" composé de deux histoires : « La paire de chaussures » suivie de « Le marchand de fessées » par la compagnie professionnelle Senna’ga Cie.

Une oeuvre rigolote mise en scène par Brigitte Quittet et avec une seule comédienne : Agnès Pétreau. Costumée d'une façon bien comique, la comédienne interprétera à elle toute seule différents personnages. Les enfants eux ont été très attentifs et ont bien ri par moments .

L'histoire de ce spectacle était présentée ainsi : "Dimitri et Lucie forment un couple, mais pas un couple comme les autres. Il s’agit là d’une paire de chaussures… ! Autre chose…. Saviez-vous que les fessées sont des créatures dont les ailes ressemblent fort à des mains et qu'elles sont vendues dans des magasins spécialisés ? Dans l’œuvre de Gripari, bien des histoires nous ont enchantés, mais la fantaisie de ces deux-là est certaine.  Gripari explore avec voracité les chemins de l’imaginaire et du fantastique."

 

 

La maltraitance des enfants avec "Enfant j'étais"

La seconde représentation de la journée eu lieu cette fois de nouveau dans la salle des colombes à 18h35, mais avec un public plus restreint, ce qui est compréhensible puisque le thème était assez grave : la maltraitance des enfants. 34 spectateurs avaient ainsi fait l'effort de venir sous un gros déluge et écouter cette création théâtrale composée de différents textes notamment d'Othillie Bayle, Jules Vallès, Victor Hugo etc...

« Enfant j’étais » c'est son nom était présentée par la compagnie amateur On verra ça demain, mis en scène par Mohamed Boumedine avec quatre comédiennes, qui ont allié : lectures, chants, humour et était présenté ainsi : "La maltraitance des enfants énoncée dans un montage de textes mêlant témoignages du quotidien, contes, mythologie..... musique, chant… Une musicienne et trois comédiennes expriment la révolte, la gravité, l’amour, un humour parfois acide, et peuvent faire rire, pleurer, sourire..... "Alors au lieu de garder en moi cette tristesse empoisonnée, j’ai eu envie de l’écrire. Il n’y avait plus que ça à faire". Une rencontre avec les comédiens étaient ensuite organisée.

Un trio pour le samedi soir

Le samedi soir une soixantaine de spectateurs sont venus assister à 21h à une pièce de théatre : "Trio de Kado Kotzer" jouée par la compagnie amateur Les Ritourn’elles. Une oeuvre mise en scène Agnès Pétreau avec trois comédiens sur scène, destinée à un public adulte. La pièce était présentée ainsi : "Pièce créée en 1982  au théâtre national de Strasbourg et mis en scène par Alfredo Arias du groupe TSE auquel appartient Kostzer. Trio est une comédie. C’est un huis clos où trois sœurs jouent et rejouent leur drame familial à l’ombre de la mère invisible mais omniprésente. On navigue entre l’imaginaire et le réel, le présent et le passé, le vécu et le rêve."

Comme l'an passé, Par les villages s'est conclu par un cabaret spectacle totalement barré le Dimanche 21 novembre à 17H30... un vrai contraste avec les précédents spectacles.

130 spectateurs sont ainsi venus s'assoir en tribunes ou autour d'une table, avec boissons et nourriture à disposition regarder et écouter la représentation de « Sens et non sens – éloge de la chanson délirante » présentée par la compagnie professionnelle Nini Cabarets et Mise en scène Hervé Haggaï avec un comédien compteur, une chanteuse et une pianiste. Le public qui a également été mis à contribution pour chanter les refrains de certaines chansons, a lui beaucoup rigolé en écoutant les récits un peu étranges du conférencier François Billard auteur musicologue et les airs surprenants de la chanteuse Nini Dogskin.

Un spectacle présenté ainsi : La chanson délirante de Dranem à Nino Ferrer/ conférence décalée. En ces temps de morosité ambiante, la chanson arbore bien rarement les couleurs de l’humour et du comique, presque jamais celle du délire. L’imagination est bien loin d’avoir pris le pouvoir, c’est pourquoi il nous a paru particulièrement opportun de faire fructifier et connaître le saint non sens et les extravagances du sens. Sur scène: la chanteuse et le pianiste illustrant au fur-et-à mesure les propos du conférencier , qui, lui-même, expose son sujet avec un sérieux de convention, frôlant à tout instant la parodie ; le tout bascule évidemment dans l’humour et la dérision .

 

PAR LES VILLAGES 2010

Extrait du spectacle Cabaret


Dimanche 21 novembre 2010

Reportage de : 11.37 minutes

mesure d'audience
TRETS AU COEUR DE LA PROVENCE

Reportages :
Nicolas Dobranowski

SOMMAIRE Le Journal culturel tretsois Par les villages 2009 Agenda culturel 2010 2011