Sur Facebook

Rechercher sur le site

Au cinema casino

A voir cette semaine
 >  Voir les infos sur le film, et la programmation du mois

L'agenda tretsois

›› Suite de l'agenda tretsois











  • Le Journal tretsois
  • Presse


Toutes les petites informations, de la vie du Sport à Trets avec les résultats, les affiches, les évènements, pour être encore plus informé sur ce qu'il se passe à Trets et de manière plus rapide... Si vous avez des infos, des résultats, photos à communiquer, si vous êtes au courant de quelque chose qui se déroule ou va se dérouler à Trets, envoyez dès maintenant un mail ou poster un message sur le forum, l'info sera rapidement mise en ligne ici... Merci à vous ! RSS TRETS AU COEUR DE LA PROVENCE 

Vie tretsoise Agenda Municipalité Association Education Festivités Culture Médiathèque Patrimoine Travaux Economie Urbanisme Séniors Faits divers Revue de Presse Magazine Municipal Souvenirs Cinéma Télévision Interview Nature Viticulture Météo Neige Reportage Compte-Rendu Photos Vidéos Aux alentours Montagne Ste Victoire Election Polémiques Portrait Pré-MUNICIPALES 2014 Politique Le site spécial : MUNICIPALES 2014 Dossier DEPARTEMENTALES 2015





Le Mercredi 5 juillet dernier dès 19h, La famille Sumeire organisait une soirée au château Coussin pour présenter une série d'oeuvres du sculpteur marseillais César dans le cloître (qui était un ami de la famille Sumeire) prêtées par un galériste marseillais (Marc Stammegna). Une soirée de dégustation des vins animait par un petit concert en plein air, organisée pour célébrer les 30 ans de la compression d'étiquettes du domaine
Le quotidien LA PROVENCE était présent, voici l'article paru le 5 juillet dernier










En ce long week end de chassé croisé sur les routes à l'occasion du pont du 15 Aout , zoom sur l'aire d'autoroute de l'A8 située à la frontière entre Rousset et Trets avec le récit d'une des employées dans AUJOURD'HUI EN FRANCE du samedi 29 juillet 2017.

/ 1 Commentaires






Le 7 aout 2016 le quotidien LA PROVENCE a consacré une page entière au couple ABBA qui gère depuis de nombreuses années maintenant la Miellerie du Regagnas à Trets. Voici le gros reportage







Durant quasiment tout le mois de juillet l'humoriste tretsois ERIC FANINO s'est produit sur scène lors du célèbre festival d'Avignon. Le quotidien LA PROVENCE lui a consacré un article le 8 juillet dernier, le voici








Le 25 aout 2015 le quotidien LA PROVENCE était revenu dans sa page estivale sur un très vieux fait divers qui s'était déroulé sur notre commune, il y a près d'un siècle en 1934 grâce au concours des archives départementales... Un article d'une page entière, passionnant, bien écrit qui relatait l'histoire de l'ancien notaire de Trets Jean Lachaud qui de 1927 à 1932, avait réussi à détourner, quasiment en toute impunité, quelque 673 000 francs à ses clients.


1934 L'éminent notaire de Trets à la centaine de victimes

Jean Lachaud, 34 ans, est condamné à 10 ans de réclusion criminelle par la cour d'assises, à Aix. En six ans, il avait détourné plus de 670 000 francs en dupant la plupart de ses clients

Un sycosis staphylococcique rebelle, logé dans sa barbe, lui avait redonné le sourire. Grâce à cette inélégante et irritante inflammation de la base de ses poils, Jean Lachaud gagnait du temps sur son transfert en maison centrale malgré sa condamnation à 10 ans de réclusion criminelle par la cour d'assises d'Aix-en-Provence.
Une provocation de trop pour la centaine de victimes, ruinée, spoliée, abusée. "Nous venons faire appel à votre haute personnalité et à votre profond esprit de justice pour faire cesser un état de chose qui, de l'avis de la plupart des honnêtes gens, est un véritable scandale, dénonce, dans une lettre adressée au procureur général, un groupe de créanciers. Notre ex-notaire, le dénommé Lachaud, non content de nous avoir volés et escroqués, condamné depuis un an et demi à une peine de réclusion, continue de jouir de faveurs grâce, sans doute, à des protections dues à sa famille et aussi à une certaine complaisance de ses chefs. Il profite d'un régime particulièrement adouci. Aussi, nous comptons sur votre autorité pour que cesse pareil scandale". Hélas, on ne bouscule pas comme un vulgaire journalier Jean Lachaud, jeune notaire installé à Trets, chevalier de la Légion d'honneur, ami des puissants qu'il a su amadouer lors de ses somptueuses réceptions. Même s'il a réussi à détourner, quasiment en toute impunité, quelque 673 000 francs de 1927 à 1932 ...

"Pas de conseil de discipline pour arrêter ses faux exploits ! Or, dans les petites localités tout se sait vite et il était probable que les faits n'étaient pas ignorés de la corporation. Cette mansuétude vis-à-vis de ce jeune confrère est étonnante, relève dans son compte rendu d'audience de la cour d'assises, le 1er mai 1934, un journaliste de L'Eclair. Tout dans cette affaire a été singulièrement drôle. Aussi, ce jeune prodigue, qui a vécu tant d'années en dilapidant les économies péniblement amassées de ces braves gens de la région, avait, pendant l'audience, pris une attitude des plus arrogantes... "
"Mes collègues étaient jaloux de moi", se bornait à répéter l'accusé, tantôt hautain, tantôt charmeur. Mais derrière ce séducteur menant grand train se cachait un redoutable stakhanoviste de l'escroquerie, un bandit sans foi ni loi, malgré sa profession strictement réglementée.

Chaque client était une proie potentielle, endormie avec une facilité déconcertante. Tout le Pays d'Aix, voire au-delà, y est passé. Du cantonnier de Trets au liquoriste de Saint-Zacharie, en passant par la ménagère de Fuveau, le marchand de vin de Pourrières... Que le client soit un riche négociant, une veuve désorientée ou un pauvre analphabète. Jean Lachaud n'avait pas d'état d'âme. Juste une insatiable cupidité. Et une imagination sans borne pour tromper, dans un large sourire, ses victimes, amadouées par ses bonnes manières. Et son bon vin, si besoin. Même le directeur du syndicat d'approvisionnement des associations agricoles s'était fait avoir comme un bleu. Mathurin Raspus fait partie des premières victimes du notaire ripou.

Un jour d'hiver 1924, il lui confie en dépôt sa petite fortune : 4 bons du Trésor et 28 000 francs de bons de la Défense nationale. Quelques années plus tard, lorsqu'il réclame son dû, il manque 18 000 francs. "J'étais en compte-courant avec M.Raspus, s'était défendu Jean Lachaud. Son désir était d'avoir de l'argent disponible et il m'en confiait la garde". "Mais pas du tout, s'était étranglé Mathurin Raspus. J'habite une maison isolée, donc j'ai confié mes titres au notaire sans jamais lui laisser l'initiative de les convertir et de disposer des fonds". Pour toute réponse au magistrat instructeur, Jean Lachaud s'était contenté d'un haussement d'épaules. Parfois, il feindra même l'amnésie, comme lorsque le juge lui met sous le nez les 3 842 francs de Clément André, dilapidés sans vergogne. Hautain, l'ancien notaire élude : "Ah, j'avais complètement perdu cette affaire de vue. Mais, j'aurais fini par rembourser... " En attendant, Clément André avait dû s'endetter pour payer les droits de succession après la mort de sa mère...

Prenant confiance, Jean Lachaud va élaborer ses stratagèmes allant jusqu'à délivrer de faux actes authentiques afin de vendre deux fois le même immeuble. Une prouesse. Henri Chaspoul, notamment, n'y a vu que du feu. En mars 1929, il avait consenti un prêt hypothécaire de 25 000 francs. 24 000 francs étaient versés et l'acte était dressé devant Jean Lachaud qui recevait les fonds. Mais malgré l'argent à sa disposition pour effectuer l'inscription hypothécaire, le notaire n'accomplissait pas les formalités. Pour dissiper les doutes de son client, il lui délivre toutefois un document, entièrement faux ! Se servant des garanties hypothécaires qu'il avait utilisées pour endormir Henri Chaspoul, le notaire véreux récidivait auprès d'un certain M.Michel... Il se faisait ainsi remettre pas moins de 36 000 francs sans établir d'acte hypothécaire. Non content d'avoir grugé deux créanciers, il allait lui-même anéantir la valeur du gage qu'il leur avait proposé en proposant à la vente le même immeuble à une tierce personne...

"Il se borne à reconnaître des fautes professionnelles, écrit, effaré le juge d'instruction dans son compte rendu. Il n'éprouve aucune gêne à affirmer que ces remboursements auraient été effectués s'il avait été laissé en liberté !" Le culot et la cupidité de Lachaud n'ont pas de limite. Malgré les premières plaintes qui ont poussé ses pairs à le radier, il continue à exercer. Et à abuser les naïfs. Comme cette malheureuse Joséphine Ouvière, veuve depuis peu. Souhaitant un peu d'argent, elle avait déposé 112 obligations à son étude. Mais Lachaud lui avait déconseillé de les convertir au prétexte, qu'en cas de décès, leur mutation exigerait le paiement d'un droit très élevé. La veuve avait accepté... et le notaire s'était empressé de les vendre dans son dos et d'encaisser leur valeur. Malin, il avait pris soin de verser à Joséphine Ouvière les intérêts jusqu'à la dernière échéance. Du coup, elle avait découvert l'arnaque le jour de l'arrestation de son notaire !

"Sur l'ensemble des actes que j'ai réalisés, les affaires dont vous vous occupez ne représentent qu'une portion infinitésimale de mon activité, assure-t-il au juge. Quant aux fonds que vous me reprochez d'avoir détournés, je déclare que le jour où j'ai été arrêté, j'avais en mains la somme suffisante pour régulariser tous les actes". "Alors, qu'est devenu l'argent ?", s'enquiert le magistrat. "Je n'en sais rien", rétorque méprisant le notaire.
Jusqu'au bout, Jean Lachaud tentera de soutirer de l'argent. Même depuis la maison centrale de Nîmes où il était finalement transféré en 1938. Ignorant superbement sa condamnation à 10 ans de prison pour "escroquerie", il n'hésitait pas à écrire au directeur de la Banque de France afin qu'il lui fasse parvenir "son petit solde créditeur"...

Paru dans LA PROVENCE / Laetitia Sariroglou Mardi 25/08/2015






Le lundi 28 novembre 2016 le quotidien VAR MATIN consacrait une page entière à une tretsoise TIFFANY BERTORELLO, alias Dita Van Candy qui a été élue l'an passé Miss Pin-up Paca. Voici son portrait.








Ce vendredi 20 juillet 2017, le quotidien LA PROVENCE a consacré pas moins d'une page entière au dossier des fauves hébergés à Trets depuis février dernier. Un dossier qui fait beaucoup parler et qui s'était invité au conseil municipal le mois dernier où le maire avait donné sa nouvelle position sur le sujet. Depuis il a donc pris un arrêté municipal que présente le journal. Le quotidien a ainsi rencontré le propriétaire et la dresseuse.

Un article qui a fait la une de la plupart des éditions du quotidien, qui était en page intérieure de l'édition Aix mais en dernière page entière dans les autres éditions ce vendredi.



REPORTAGE VIDEO LA PROVENCE 31/07/2017









Ce Lundi 31 Juillet 2017, le quotidien LA PROVENCE est revenu sur l'évènement de la journée de dimanche à savoir la grande journée du festival de Martigues à Trets. Une journée de grande qualité qui a remporté un beau succès. Un article qui a aussi fait la une du journal ce lundi.

=> REVOIR LE REPORTAGE COMPLET AVEC 215 PHOTOS ET 45MIN DE VIDEOS ICI

Le Festival de Martigues a joué les prolongations à Trets
Après une semaine riche consacrée aux danses, musiques et voix du monde, la 29e édition du Festival de Martigues s'est refermée samedi soir, avec un spectacle sur le canal Saint-Sébastien. Mais au lieu de rentrer dans leurs pays respectifs, les quelque 300 artistes invités ont fait, hier, un crochet par Trets. Histoire de prolonger le plaisir en Provence.

Emmenés par la Capoulièro, les groupes costumés, ont défilé dans les ruelles du centre ancien. L'occasion pour les passants ou les clients attablés en terrasse, d'admirer l'élégance des danseurs de la République de Kabardino-Balkarie (région du Caucase), le sourire et l'énergie de l'ensemble du Kamchatka (une région de Sibérie), les danses épicées de l'Inde, les percussions africaines du Botswana, les chants envoûtants mêlés au fameux haka des Néo-Zélandais, l'agilité des Taïwanaises, les rythmes entraînants des Boliviens et des Cubains.

Toute la journée, les artistes, venus des quatre coins du monde ont ainsi offert un bel aperçu de leurs traditions à travers le village. L'après-midi, on pouvait faire une pause et se laisser bercer dans une sieste musicale avec les Boliviens, ou apprendre les percussions avec l'ensemble du Botswana, écouter le concert des Taïwanais ou s'initier au haka avec les Néo-Zélandais, avant d'assister aux spectacles du Kamchatka et de Kabardino-Balkarie.
En fin de journée, tous les artistes devaient se réunir sur la place de la mairie pour un bal-spectacle, signant cette fois-ci pour de bon la fin de la 29e édition du Festival de Martigues. Son président, Marc Péron, se disait honoré d'avoir pu déplacer tout ce monde jusqu'à Trets, désignée cette année capitale départementale de la Culture. "C'est grâce à ce label attribué par le Conseil départemental que nous avons le plaisir de vous accueillir", soulignait le maire Jean-Claude Féraud, ravi que cette journée festive permette de faire découvrir le patrimoine de la commune.
S.D.-V. LA PROVENCE 31/07/2017







Triste actualité encore à Trets puisqu'un second bar a été incendié à Trets dans la nuit du vendredi 28 au samedi 29 juillet 2017, LE MARIGNY, tenu par une équipe si sympathique et appréciée des tretsois, 3 semaines à peine après des faits similaires juste à coté. Comme la Renaissance , le bar a pu rester ouvert après une phase de nettoyage dans la matinée, et sa soirée festive de vendredi 4 aout est maintenue. De nombreux policiers étaient présents dans la matinée sur les lieux.

Voici l'article de LA PROVENCE paru ce 30 Juillet

Trets : encore un bar incendié dans le centre-ville
La nuit dernière, l'intérieur du bar-tabac Le Marigny, situé sur le boulevard de la République a été détruit. C'est le deuxième en trois semaines

Un incendie a en partie détruit l'intérieur du bar-tabac Le Marigny qui est resté ouvert hier, accueillant les clients en terrasse.

Sale temps pour les bars du centre-ville de Trets. La nuit dernière, vers 3h20, un incendie s'est déclaré à l'intérieur du bar-tabac Le Marigny, situé sur le boulevard de la République. Les sapeurs-pompiers sont parvenus à contenir le feu, permettant d'éviter une propagation des flammes aux habitations voisines.
Une enquête, menée par la brigade de recherche de la gendarmerie d'Aix-en-Provence et la brigade territoriale de Trets, a été ouverte pour tenter d'établir les circonstances de cet incendie. Mais hier, aucune piste n'était avancée par les enquêteurs.
Malgré les dégâts causés à l'intérieur du commerce, l'établissement est resté ouvert, hier. Les clients étaient, en revanche, accueillis exclusivement en terrasse extérieure.

Le Café de la Renaissance détruit début juillet
Cet incendie survient un peu plus de trois semaines après un autre fait similaire.
Le 7 juillet dernier, au petit matin, le Café de la Renaissance, situé à quelques mètres du Marigny, était en partie détruit. Il était 5h45 lorsque deux hommes portant un casque intégral, sont arrivés sur un deux-roues. Ils ont fait sortir le tenancier du commerce, sous la menace d'une arme.
Tenancier qui n'a pu qu'assister à l'arrosage, à l'aide d'un bidon, du comptoir et de la salle du bar. Abandonné sur place alors qu'il n'était pas complètement vide, le bidon a engendré une explosion détruisant une partie de l'établissement.
Une enquête est toujours en cours à la brigade de recherche d'Aix.

Stéphanie Durand, Photo I.Lo. / LA PROVENCE 30 Juillet 2017






Jeudi 13 juillet dernier la célèbre chanteuse CHIMENE BADI s'est produit à St Zacharie, dans le cadre de la tournée VAR MATIN. Voici le récit de la soirée par LA PROVENCE

Saint-Zacharie : un feu d'artifice musical avec Chimène Badi
À St-Zacharie, les feux d'artifice ont été bannis depuis des lustres, pour cause de risques d'incendie

À St-Zacharie, les feux d'artifice ont été bannis depuis des lustres, pour cause de risques d'incendie. La Ville et son adjointe déléguée aux animations, Christine Dellavalle, ont trouvé la parade avec le spectacle offert par la tournée estivale de Var-Matin et son feu d'artifice musical en cette veille de 14 Juillet.

Ouverture en fanfare par l'orchestre des Coureurs, pour une revisite des tubes d'Abba, magnifiquement repris par les choristes Cathy et Michèle, avant le concours de chant, une institution de la tournée, remporté par une Saint-Maximinoise, Nelly Seccia, dans une interprétation d'Aimer jusqu'à l'impossible de Tina Aréna.
La soirée, animée par les humoristes Marco Paolo et Éric Collado, a pris un tour explosif avec la voix puissante de Chimène Badi, alternant des chansons de son propre répertoire, Elle vit, avec des reprises célèbres, Parlez-moi de lui de Nicole Croisille, ou Ma liberté de Georges Moustaki et une superbe interprétation de L'hymne à l'amour avec un accompagnement musical a minima.

Autre grand moment, Proud Mary en duo avec Kristaa Williams, chanteuse de gospel, autre voix impressionnante de la soirée. Celle-ci a ensuite été rejointe par les Choeurs du Sud avec qui elle a chanté sa chanson fétiche, Je viens du Sud, particulièrement bien reçue par un public provençal venu de toute la région pour remplir le boulevard de la Libération. Les Choeurs du Sud, plus de 60 choristes dirigés par un chef bondissant, Franck Castellano, ont poursuivi dans la même tonalité et avec le même succès, Kristaa Williams intervenant en solo sur des morceaux de Prince, Aretha Franklin, ou David Guetta. Après 3h de spectacle, tous les artistes se sont retrouvés sur scène pour un final sur Cette année-là de Claude François, sous les applaudissements déchaînés d'un public debout et comblé.
Alain Klein, LA PROVENCE, 18 Juillet 2017










Le Mercredi 5 juillet 2017 l'école de danse LES ENTRECHATS a présenté son nouveau spectacle "de la danse à la musique", à la salle de Rousset. Un magnifique ballet qui s'est terminé dans l'émotion. Voici le compte rendu par le quotidien LA PROVENCE, paru le 13 juillet dernier.
=> REPORTAGE ET VIDEOS SUR LE SPECTACLE ICI









Le quotidien LA PROVENCE a consacré un article ce JEUDI 20 JUILLET 2017 à la fête de la St Eloi 2017, voici l'article en version intégral qui aurait du paraître.... (Celui paru a été transformé et comporte plusieurs erreurs)

Fête de St Eloi : entre tradition, originalité et émotion
En suspend en février dernier pour des raisons d'état d'urgence et compte tenu des conditions de sécurité imposées par l'état, la traditionnelle cavalcade de St Eloi événement phare si cher aux tretsois, a pu finalement avoir lieu, après moult rebondissements. Appuyés dans leurs démarches par la municipalité, les bénévoles ont pu mener à bien et pour le bonheur de tous l'ensemble des manifestations prévues, malgré quelques difficultés. Un gros dispositif avec pas moins de 18 véhicules fournis par la mairie, les vignerons ou les hommes du CCFF, bloquait les accès sensibles. L'édition 2017 fut encore particulièrement réussie et encore plus suivie qu'à l'accoutumée, sans doute dopée par la grosse campagne de communication, dans le cadre de "Trets Capitale provençale de la culture".

Un parcours légèrement modifié avec un point de départ inédit, en raison des travaux boulevard Jean Jaurès, la cavalcade composée de centaines de personnes de tous âges, de 90 chevaux, d'une vingtaine d'ânes, une dizaine de poneys et quelques groupes folkloriques, a animé le centre, pendant près d'une heure, sous les vivats de la foule. Des attelages tirant de magnifiques chars au nombre de 23, confectionnés par des confréries locales, ayant demandé des heures de travail à leurs concepteurs, méritent d'être salués. Parmi eux, des tretsois bien connus, mais aussi des personnes venant d'Aubagne, Roquevaire, Plan de Cuques, Cuges-les-pins, Auriol, Lascours, Roquefort la Bedoule, Logis Neuf, Château Gombert, Simiane, Allauch, Nans les Pins...). Trois jours plus tot, mardi, un bouquet avait été déposé à l'oratoire, et la Coupo Santo chantée, alors que les bénévoles donnaient aubade aux retraités de la résidence St Jean du Puy.

Le lendemain à 21h30, après la course de caisses à savon, le public avait rendez vous Stade Marcel Burles pour des jeux taurins proposés par la manade Vallat, de la Bouilladisse, devant 250 personnes environ, et une quinzaine de participants aux différents jeux proposés. 3e journée de fête jeudi, avec les traditionnels jeux pour 200 enfants présents sur le cours, suivie de la course de garçons de café qui voyait s'affronter des garçons du Marigny, La Renaissance, le Via Notte, la Bouffarde. Une course remportée par Daniel du café la Renaissance.
Le soir innovation dans les arènes sur le stade, avec une soirée Inter-vachettes : 4 équipes de 5 joueurs s'affrontaient à travers des jeux type "intervilles", qui ont amusés un public très impressionné par la vivacité des bêtes. Colonnes à construire, chaises musicales, homme fixe etc...il y en avait pour tous les goûts.

Pour le 14 outre la messe donnée dans l'allégresse par le père Michel-Pierre Morin, la cérémonie commémorative sur la place de l'hôtel de ville, en présence des élus remerciant de façon appuyée les bénévoles faisant perdurer l'événement, c'est un grand banquet attirant 480 personnes, qui se tenait au presbytère. Les enchères ont animé ce grand rendez-vous, permettant de récolter des sous pour l'association. Antonin Lagler membre de la confrérie, a remporté le traditionnel gaillardet devenant de fait capitaine de St Eloi, pour 2018.

Auréolé de ce titre, c'est tout naturellement qu'il fit une très émouvante demande en mariage à sa douce fiancée Manon Buffa, elle aussi bénévole depuis de nombreuses années, devant amis de la confrérie et proches. Les deux tourtereaux reçurent la bénédiction du doyen Loulou Giay, qui les félicitera chaleureusement ainsi que plus généralement, les jeunes assurant une relève active, derrière le président Fabien Doudon.

Le samedi 15 juillet c'est un grand aïoli, un joli feu d'artifice et le bal populaire avec " Welcome Orchestra" offerts par la municipalité qui clôtureront encore une fois, ces splendides festivités.

LA PROVENCE, ISABELLE LOLL








=> Liste de toutes les actualités
Vie tretsoise Agenda Municipalité Association Education Festivités Culture Médiathèque Patrimoine Travaux Economie Urbanisme Séniors Faits divers Revue de Presse Magazine Municipal Souvenirs Cinéma Télévision Interview Nature Viticulture Météo Neige Reportage Compte-Rendu Photos Vidéos Aux alentours Montagne Ste Victoire Election Polémiques Portrait Pré-MUNICIPALES 2014 Politique Le site spécial : MUNICIPALES 2014 Dossier DEPARTEMENTALES 2015

SPORT RESULTATS Foot Futsall Gym Hand Basket Muaythai Vélo Danse Judo Volley Tennis Badminton SIHVA Club ALPHA




SOMMAIRE

L'agenda de la commune Toutes les autres brèves à lire...