Sur Facebook

Au cinema casino

A voir cette semaine
 >  Voir les infos sur le film, et la programmation du mois

L'agenda tretsois

Fête de la Musique
Mercredi 21 juin 2017
Fête de la Saint Jean
Les 23 et 24 Juin 2017
Marché nocturne
30 Juin et 28 Juillet 2017
Grand Gala du PHENIX Muyathai 2017
Samedi 1er juillet 2017
Puces Brocantes Vide grenier
Samedi 8 Juillet 2017
Fête de la SAINT ELOI
Du 11 au 15 Juillet 2017
4e Course de caisse à savon
Mercredi 12 juillet 2017
›› Suite de l'agenda tretsois

COURSE DE CAISSE A SAVON

Rechercher sur le site











  • Le Journal tretsois
  • Presse


Toutes les petites informations, de la vie du Sport à Trets avec les résultats, les affiches, les évènements, pour être encore plus informé sur ce qu'il se passe à Trets et de manière plus rapide... Si vous avez des infos, des résultats, photos à communiquer, si vous êtes au courant de quelque chose qui se déroule ou va se dérouler à Trets, envoyez dès maintenant un mail ou poster un message sur le forum, l'info sera rapidement mise en ligne ici... Merci à vous ! RSS TRETS AU COEUR DE LA PROVENCE 

Vie tretsoise Agenda Municipalité Association Education Festivités Culture Médiathèque Patrimoine Travaux Economie Urbanisme Séniors Faits divers Revue de Presse Magazine Municipal Souvenirs Cinéma Télévision Interview Nature Viticulture Météo Neige Reportage Compte-Rendu Photos Vidéos Aux alentours Montagne Ste Victoire Election Polémiques Portrait Pré-MUNICIPALES 2014 Politique Le site spécial : MUNICIPALES 2014 Dossier DEPARTEMENTALES 2015





Vendredi dernier 16 juin 2017, Trets Capitale de la culture était inaugurée en grande pompe avec une magnifique soirée d'ouverture. Voici deux nouveaux reportages parus ce 22 juin réalisés par les équipes du conseil départemental avec de nombreuses interviews de tretsois et un grand reportage de MPROVENCE avec plusieurs interviews (maire, Martine Vassal, artistes).

=> LE REPORTAGE COMPLET DU SITE
=> Les commerçants et habitants donnent leur avis sur France 3

=> L'article de LA PROVENCE


CONSEIL DEPARTEMENTAL 13
Nous avons voulu savoir ce qu'en pensaient les habitants
On notera que le couple qu'il y a à la fin de la vidéo, a piqué le jeu de mot de Laurent Gerra lors de son spectacle qu'il avait réalisé en 2010, à la gardi....


M PROVENCE
Grand reportage et interviews


MADE IN MARSEILLE
Quand @MartineVassal nous présente #Trets2017 capitale provençale de la culture du @departement13







Il est un couple dans la campagne tretsoise qui fêtait ses noces de diamant (60 ans de mariage) avec quelques jours d'avance de façon à avoir la certitude d'être entourés d' un maximum de personnes. Car voilà bien leur motivation première.

Ludovic Rieu (91 printemps et 361 jours) et son épouse Andrée le devançant d'une courte tête, tous deux nés et mariés à Marseille, n'ont pas eu la chance d'avoir d'enfants. L'idée d'en adopter un leur a traversé l'esprit mais finalement ils se sont nourris toute leur vie, de la présence à leurs côtés des enfants de leurs cousins germains et de nombreux amis. Cette charmante ribambelle devenue aujourd'hui multi générationnelle lui rendait en ce samedi 10 juin 2017, tout l'amour qu'ils ont pu recevoir de leur part. Apprêtés, confortablement installés à l'ombre de muriers platanes, choyés par leurs pairs, nos époux se sont laissés portés au rythme des surprises qui leur étaient réservées, à l'occasion de cette belle journée estivale.

Difficile au début de comprendre qui était qui : Andrée ou plutôt Yvette comme on la surnomme, entre deux embrassades est fière de nous présenter "Anne-Marie dite Annie, la première de mes quatre filleules", et confie avoir eu "une passion dévorante pour la couture" de façon à en faire son métier, d'abord dans le milieu industriel dès l'âge de 16 ans, puis en tant qu'enseignante. Au détour de la conversation, on apprend que ses cousins germains ne portent pas le même nom qu'elle, car lorsque son propre père a voulu déclarer en mairie la naissance de son second fils, son oncle donc, l'employé d'état civil trouvé au bistrot et dépourvu de stylo, a griffonné le nom donné au bébé sur un bout de nappe en papier, à l'aide d'une allumette brulée. Résultat incapable de se relire c'est un petit Pellot et non Pillon qui a été déclaré.

Quant à Ludovic, ah tiens ? on l'appelle Lucien, il a fait toute sa carrière chez EDF et s'est passionné pour le jardinage. A Trets, ils ont acheté leur terrain en 1964 et y venaient tous les week-ends et pour les vacances. Il y a trente ans ils ont décidé de s'y installer définitivement, gardant leur pied à terre à Marseille pour d'éventuels examens médicaux. Ils n'ont pour voisins que des amis et leur infirmière qui veillent chaleureusement sur eux.

Encore plein d'entrain et très autonomes, ils avouent descendre chaque mercredi sur le marché, pour concocter par la suite de savoureux petits plats. Ils savent que de nombreuses activités sont proposées au village mais se sentent "moins gaillards maintenant pour en profiter". Bons vivants, généreux, ils se préparent à fêter aujourd'hui l'anniversaire du maître des lieux. Tout est occasion chez eux, de recevoir.
Alors bon anniversaire Lucien, euh... Ludovic !

Paru dans LA PROVENCE, lundi 12 juin 2017, ISABELLE LOLL, Photo Isabelle LOLL / 1 Commentaires







Une page de l'histoire s'est tournée dans la vie des sapeurs pompiers tretsois ce dimanche 18 Juin 2017 puisque la quinzaine de sapeurs-pompiers professionnels, la soixantaine de pompiers volontaires et le personnel administratif ont passé leur toute dernière soirée dans la caserne des pompiers de 750m², située chemin des Vertus.

Une caserne de 750m² dans laquelle ils s'étaient installés en mai 1995 mais qui aujourd'hui, après 22ans d'utilisation ne répondait plus aux besoins des personnels, ni à la nature et la fréquence des interventions qui couvrent un large secteur en premier appel. Ce lundi 19 juin 2017 à 7h du matin ils prendront donc leur service dans leur tout nouveau centre de secours qui était en construction à l'entrée Ouest de Trets, route de Gardanne depuis février 2016. Un établissement flambant neuf, moderne, immense avec ses 770m2 de locaux de vie, 8OOm² de remises et réserves. Le centre de secours intervient pour rappel dans un secteur s'étendant sur 5 communes : Trets, Peynier, Rousset, Puyloubier et Saint Antonin sur Bayon. Ce territoire représente une population défendue de 23 000 habitants.
 

Autrefois, en cas d'incendie, les habitants sonnaient le tocsin. Les villageois disponibles devaient se munir de seaux et venir faire la chaîne. Éventuellement, les gendarmes se chargeaient de réquisitionner des hommes valides. Dans les forêts, on ne pouvait lutter contre les incendies qu'en pratiquant la technique du "contre-feu" interdite aujourd'hui. En 1868, la commune se dote d'une pompe à incendie et crée une compagnie de sapeurs pompiers composée d'un capitaine, de deux lieutenants, de deux sergents et d'un clairon. Mais la compagnie connaît de longues périodes de sommeil et la nécessité d'un corps de sapeurs pompiers revient dans les préoccupations des élus.

Ce n'est qu'en 1946 au lendemain de la seconde guerre mondiale, que la municipalité décide de (re)former un corps de sapeurs pompiers volontaires composé de douze hommes. Le centre de secours devient très vite départemental et, dès lors, il est doté d'une pompe, d'une camionnette Citroën, d'un camion GMC muni d'un réservoir de 3 000 litres et d'une jeep provenant des surplus de l'armée américaine. Parallèlement, sept bouches à incendie sont installées dans le village. Mais en réalité la première caserne ne verra le jour qu'en 1957, lorsqu'elle sera inaugurée le 22 décembre avec son premier garage réservé au matériel d'incendie, qu'elle construira pour 3 millions de francs à l'époque. Il était situé route de Saint-Zacharie (le batiment Sport et musique actuel) et sera sous la direction de Gaston Duplat.



En 1965, 27 hommes sont commandés par le lieutenant Rosia Montanard ; en 1975, l'effectif est de 34 pompiers (1 lieutenant. 1 Sous-Lieutenant, Adjudant, 1 Sergent, 9 Caporaux, 21 Sapeurs) dirigés par le lieutenant Michel Ballester. Le local sera réaménagé dans les années 70 avec un garage chauffé de 187m² ainsi que d'une salle foyer.
Pour couvrir le Canton de TRETS il disposait comme matériel d'un CCFM 2000 litres, 1 CCF Léger, 1 voiture Radio, 1 camionette, 1 MPR 60m³, 1 MPP30m3 —et pour le transport des blessés 1 V. S.A.B.
Le Corps a effectué en 1976, 176 sorties diverses dont : 22 feux de forêts, 24 de broussailles et herbes, 6 feux de cheminées et chaudières, 6 d'appartements. 3 de voitures, 12 inondation, 12 autres sorties 31 secours routiers, 27 transport de personnes.

En septembre 1979 un comité communal feu de forêt sera créé par le maire Jean feraud suite aux incendies violents qui ont touché la commune durant l'été, il comptera 10 hommes.
En 1981, un pompier professionnel, le lieutenant Pierre Guibert, est nommé chef de corps. Richard Maurel lui succèdera en 1984.
 


En 1985, le maire Jean Feraud estimera que les pompiers devaient bénéficier d'un nouveau lieu de travail. Suite à sa proposition, le Conseil municipal décidera alors dans sa majorité, de louer le hangar appartenant à Mme Manzanares situé sur la route de Pourrières. Ce hangar de 750 m² abritera alors le Centre de secours et le garage et l'atelier municipal. Les pompiers bénéficiant alors d'un espace beaucoup plus vaste pour abriter tous les véhicules mis à disposition par le Service départemental d'incendie ou la mairie. La situation de cet emplacement était alors jugé très favorable, à proximité des grands axes de communication. Le deuxième hangar abritait lui tous les véhicules municipaux et l'atelier, libérant ainsi l'ancien bâtiment pour d'autres activités municipales . S'il avait pensé au départ y installer la bibliothèque, trop à l'étroit dans ses locaux de l'époque, le lieu sera finalement transformé en école de musique et lieu sportif pour le judo notamment. Un batiment qui devrait aujourd'hui être détruit dans un futur proche , pour y construire à la place des logements.

Le corps composé de 50 volontaires et de 6 professionnels: 4 sapeurs et 2 officiers, le Sous-Lieutenant Crescioni, chef de corps et son adjoint le Sous-Lieutenant Bertani s'y installeront en décembre 1985 avec une inauguration pour leur Ste Barbe le 8 décembre. "Il y a toujours du monde ici. Dès qu'ils ont un moment de libre, de nombreux volontaires viennent travailler. C'est du bénévolat à 100%. Tout, ou presque est réalisé par les pompiers.- menuiserie, électricité, aménagements. "Mais ces pompiers n'œuvrent pas seulement pour leur "confort". Ils ont aussi transformé une ambulance déclassée en un fonctionnel Véhicule de Secours Routier pour la désincarcération" expliquait un pompier dans la presse à l'époque.

Le 18 aout 1989 le corps des sapeurs pompiers perd deux de ses hommes en intervention sur le feu de la décharge de Kirbon : Magid Chabbi et Gérard Dimartino, sous un largage de canadair (tout le dossier sur ce drame ici). Depuis chaque 18 aout les sapeurs pompiers du département se retrouvent pour leur rendre hommage sur la stèle construite quelques années plus tard.


Mais de nouveau, avec l'évolution démographique, l'augmentation des effectifs, au fil du temps ce hangar ne répondait plus à leur besoin et necessitait des aménagements coûteux et même une extension, irréalisable, vu l'exiguïté du terrain. De plus le loyer que déboursait la commune 175 000 francs par an dans les années 90 devenait trop lourd pour la ville. Le maire Loïc Fauchon avec son équipe a alors eu l'opportunité d'acquérir en 1994, une propriété qui réunissait toutes les conditions pour y loger le centre de secours et services techniques, chemin des vertus, juste à côté de la coopérative agricole. Un lieu où à l'époque devait passer juste devant la future déviation départementale , une déviation qui 22ans plus tard n'a toujours pas vu le jour. Après travaux et aménagement c'est une caserne de 750m² que les 65 pompiers ont investi en mai 1995. Leur 3e caserne.


En 1996, le Capitaine Gilbert Esteve prendra la tête du centre de secours de Trets qu'il dirigera pendant 10ans et huit mois, qu'il quittera le 31 aout 2016 laissant sa place le mardi 11 octobre 2016 au Lieutenant Arnaud Delcorde. Le 16e chef de centre depuis la création du centre de Trets en 1946.


Ce lundi 19 juin 2017, 71ans après sa création, le corps des sapeurs pompiers de Trets entrera donc dans leur 4e centre de secours.
Présentation complète
Le suivi des travaux




1978


1980


1981


1985


1987


Sources : Regards sur Trets, revues municipales, presse locale
Photos DR, Amicale des sapeurs pompiers, revues municipales, regards sur Trets






Ce vendredi 16 juin 2017 a été inauguré TRETS CAPITALE PROVENCALE DE LA CULTURE avec une grande soirée très réussie de spectacles suivie par plus de 500 personnes. Voici le reportage du quotidien LA PROVENCE, qui chose très rare a mis notre ville en grande une du journal ce samedi 17 juin, une première depuis très longtemps pour une actualité heureuse et festive.

=> LE REPORTAGE COMPLET DU SITE
=> Les commerçants et habitants donnent leur avis sur France 3











Les sapeur-pompiers sont intervenus ce mardi matin 7 juin 2017 à Trets pour porter secours à un cheval tombé dans un trou d'1m80 de profondeur. L'animal, bloqué, était incapable de sortir seul. Les pompiers, aidés par des riverains ont du créer un chemin d'accès pour les véhicules. Le cheval a ensuite été sanglé et hissé. L'intervention a débuté vers 8h30 ce mardi et s'est poursuivi jusqu'à 10h30. L'histoire se termine bien puisque le cheval est reparti sur ses quatre pattes avec seulement quelques ecchymoses.

Sources Maritima, plus d'infos dans La Provence ce mercredi







La correspondante du quotidien LA PROVENCE était présente sur les lieux , voici son article publié ce mercredi 7 juin 2017 dans le journal, et ses photos
Sauvetage périlleux et spectaculaire d'un cheval à Trets

Âgé de 13 ans, et ne pesant pas moins d'1.2 tonnes, le cheval est tombé hier dans un trou à proximité de l'étang jouxtant le mas de Cabassude


Un cheval pour des raisons encore mystérieuses s'est retrouvé coincé dans un ravin. Son sauvetage a nécessité l'intervention des pompiers.


S'il y en a un qui ne pensait pas être un jour l'objet d'un encart dans le journal, c'est bien Petit Louis un des deux chevaux de trait du Château Grand Boise, habitué à paître et travailler en toute quiétude sur le domaine.
Âgé de 13 ans, et ne pesant pas moins d'1.2 tonnes, le cheval est tombé hier dans un trou à proximité de l'étang jouxtant le mas de Cabassude. Tôt le matin, c'est son acolyte de même race, qui a donné l'alerte aux occupants du domaine, pris de panique et galopant dans tous les sens pour attirer leur attention.
Rapidement, il les a amenés sur les lieux du drame, où propriétaires, éleveurs et soigneurs ont découvert un cheval certes coincé, mais calme. Conscient de leur incapacité à lui porter secours, ils ont demandé l'intervention des pompiers du centre de secours de Tret, tout en continuant de le rassurer pendant près de trois heures. Son soigneur lui a très vite administré anti douleurs et anti-inflammatoires. Des plaies superficielles étaient visibles mais impossible de dire depuis combien de temps l'animal était dans cette fâcheuse posture. Petit Louis s'accroche. De gros moyens sont alors mis en oeuvre. Mais l'option qui serait de l'extraire depuis le chemin est vite abandonnée : le camion équipé d'un bras de levage pourrait basculer sous l'effet de son poids. Une pelleteuse est alors dépêchée sur place pour aménager un chemin d'accès en contrebas.

Une très belle image qui conclue ce sauvetage périlleux
Enfin, sur le coup des 11 h, au prix de gros efforts, le canasson est extrait avec toutes les précautions d'usage, et les recommandations du vétérinaire. Il est reposé délicatement sur ses pattes endolories. Rien n'est gagné encore, pourtant, le cheval a l'air d'être solide. Et bingo ! Petit Louis, encore sonné, fait quelques pas. Outre les multiples égratignures, on aperçoit très vite un hématome d'une quarantaine de centimètres, très enflé au niveau de l'encolure, sans aucun doute le point d'impact. Des soins complémentaires lui sont apportés, avant de le raccompagner doucettement vers son enclos où l'attend son complice de toujours, Régalo, qui le couvre alors de bisous. Une très belle image qui conclue ce sauvetage périlleux nécessitant une parfaite coordination des intervenants, sur une topologie un peu compliquée. Une intervention rare pour les pompiers qui restera dans leur mémoire.
Après quelques jours d'observation et de repos, Petit Louis devrait retrouver une activité normale.

Isabelle LOLL , Photos I.Loll















Le quotidien LA PROVENCE a consacré en ce mois de mai 2017 deux articles sportifs concernant Trets :

24 Mai 2017 : 13 ados traversent le 13 en vélo en passant par Trets


25 Mai 2017 : des médaillés en tir à l'arc






Samedi dernier 20 mai la confrérie St Eloi, le comité des foires et le cellier lou bassaquet ont organisé la 4e édition du sentier vigneron. Le quotidien LA PROVENCE était de la partie, voici l'article paru le 24 mai 2017

=> REPORTAGE COMPLET SUR LE SENTIER A VOIR ICI








Le magazine gratuit VIVRE SA REGION a consacré en ce printemps 2017 un article sur l'histoire de la Mine dans la vallée, le voici.
Si vous souhaitez en savoir plus sur la mine de Trets, Les Amis du village ont édité au début de l'année un nouveau livre spécial, en vente à la librairie de la Gare.







Ce week end des 12, 13 et 14 mai 2017 a eu lieu la 3ème édition du SOUTH VINTAGE FESTIVAL qui fut de qualité et a été totalement victime de son énorme succès. Le quotidien LA PROVENCE est revenu dans son édition du 14 mai dessus.

=> REVOIR LE REPORTAGE COMPLET SUR LE SITE







Ce week end a lieu au moulin de l'arc la 3e édition du South vintage festival édition 2017. Présentation détaillée par le quotidien LA PROVENCE en date du 12 mai 2017








« 1939, notre pays allait saigner du sang de ses héros anonymes civils ou militaires (…) Aujourd’hui devant nos monuments aux morts des plus petites de nos communes aux plus grandes de nos cités, là où les noms s’alignent sur la pierre froide, inclinons nous devant celles et ceux, qui nous ont sauvés de la barbarie, repensons à eux, petits dans le quotidien, mais grands dans nos cœurs, et qui sont partis un jour pour que vive la France » c’est par ces mots poignants que Maurice Chagny président des Anciens combattants a débuté son allocution devant le monument aux morts en ce Lundi 8 mai 2017.

Et il y avait foule pour l’écouter en cette belle journée printanière. « Le devoir de mémoire et l’importance du respect des symboles de la république, doivent être inculqués aux jeunes générations », insistera t-il. Auparavant Jean-Claude Féraud entouré de ses élus, avait fait lecture du message du secrétaire d’état auprès du ministre de la défense. Il s’en suivit le traditionnel dépôt de gerbes devant le monument aux morts, faisant suite à celles déposées quelques heures plus tôt au Puits d’Auzon, à St Jean du Puy et au cimetière. La Marseillaise et le Chant des partisans ont ensuite été chanté par la chorale du Foyer Rural.

Bernard Loll, fils de gendarme, ancien sous-officier supérieur entré en service le 09 septembre 1980, pour servir dans le corps du personnel non navigant de l’Armée de l’Air, en tant que spécialiste avionique a été décoré. Ayant tour à tour œuvré sur Mirage IV A, Boeing ravitailleur en vol (C135FR) et Mirage 2000-5 sur lesquels il exerce tour à tour, la maintenance préventive et curative des matériels électroniques embarqués, l’instruction et enfin le poste de chef de service, il sera appelé sur de nombreux théâtres d’opérations comme le Tchad, Turquie, ou l’Arabie Saoudite.

Promu Adjudant-chef en 2000, il sera placé sur sa demande en service détaché au titre du ministère de l’intérieur où il est intégré depuis, dans le corps des contrôleurs des systèmes d’informations et de communication, pour la région Méditerranée. Aux quatre médailles militaires et à la médaille d’honneur de la police nationale déjà reçues, sont venus s’ajouter pour services rendus, la Croix du Combattant et le Titre de la Reconnaissance de la Nation.

La première lui a été remise par le Lieutenant-colonel Maurice Clerc, la seconde par le Colonel Jean-Paul Lancar. C’est à cet homme particulièrement ému, car accompagné de son plus jeune fils Ludovic ayant intégré l’Armée de l’Air en 2016, pour y suivre une formation parfaitement identique à la sienne, et faisant office de porte coussin, que Jean-Claude Féraud et Maurice Chagny ont adressé leurs très sincères félicitations.

Un vin d’honneur offert par la municipalité a clôt cette très belle cérémonie.

Paru dans LA PROVENCE, jeudi 11 Mai 2017
Photos DR









Lundi 24 avril 2017 la municipalité avait organisé une seconde réunion consacrée au PLU. Une soixantaine de personnes étaient venues assister à cet exposé détaillé par le bureau d'étude et ont ensuite pu poser de nombreuses questions au maire, à l'adjoint à l'urbanisme et au bureau d'étude.

Voici le résumé du quotidien LA PROVENCE paru le 28 avril 2017


Et la présentation complète du PLU projetée ce soir là au public



Présentation du PADD et diagnostic du PLU










=> Liste de toutes les actualités
Vie tretsoise Agenda Municipalité Association Education Festivités Culture Médiathèque Patrimoine Travaux Economie Urbanisme Séniors Faits divers Revue de Presse Magazine Municipal Souvenirs Cinéma Télévision Interview Nature Viticulture Météo Neige Reportage Compte-Rendu Photos Vidéos Aux alentours Montagne Ste Victoire Election Polémiques Portrait Pré-MUNICIPALES 2014 Politique Le site spécial : MUNICIPALES 2014 Dossier DEPARTEMENTALES 2015

SPORT RESULTATS Foot Futsall Gym Hand Basket Muaythai Vélo Danse Judo Volley Tennis Badminton SIHVA Club ALPHA




SOMMAIRE

L'agenda de la commune Toutes les autres brèves à lire...